AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR AMORTENCIA Invité ! ҩ La deuxième intrigue va bientôt arriver! ҩ Veuillez privilégier les maisons POUFSOUFFLE et GRYFFONDOR!!! Si possible et si cela n'est pas nécessaire, évitez les maisons Serpentard et Serdaigle ainsi que le statut de "sang pur"

Partagez | 
 

 ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 10:18

Ҩ Anatasie Twinkle-Jagger Rosier
when a girl says i'm cold you're not supposed to say « me too ».

ϟ I LOVE THE WAY YOU ARE
Je me présente, je m'appelle anastasie rosier et j'ai dix-neuf ans. Oui, parce qu'en fait, je suis né le 30 juillet 1992 en Irlande. Sinon, je suis irlandais et c'est ultra logique, je sais. Je suis de famille sang mêlé, mais je préfère quand même dire que j'suis pur. En tant que sorcier, je possède bien-sur une baguette, "l'amour de ma vie", qui est constituée de bois d'if et d'une plume de phénix. Elle mesure vingt-trois centimètres sept. Mon Patronus a une forme de phénix. On a la classe ou on l'a pas. Concernant ma vie amoureuse, je suis en couple mais ma copine ne le sait pas encore. Depuis mes quatorze ans, je suis à Poudlard et maintenant je suis déjà en sixième année. Je suis un blaireau des sables. C'est une fierté que de faire partie de leur rangs.




ϟ SO WHAT I AM A ROCKSTAR !
impétueux ҩ loyal ҩ juste ҩ impatient ҩ arrogant ҩ amusant ҩ effronté ҩ imprudent ҩ noble ҩ jaloux ҩ déterminé ҩ rancunier ҩ combatif ҩ aime la compétition et déteste perdre ҩ romantique ҩ débrouillard ҩ provocateur ҩ leader ҩ curieux ҩ n'aime pas l'autorité ҩ sang-chaud ҩ fonceur ҩ loyal ҩ déteste la magie noire ҩ a énormément de répondant ҩ trouble-fête ҩ susceptible ҩ galant ҩ populaire ҩ plait aux dames mais n'en profite jamais ҩ fidèle ҩ sincère ҩ ne recule jamais devant l'adversité ou les problèmes ҩ ferait tout pour les gens qu'il aime ҩ un peu bagarreur par moment ҩ vantard ҩ toujours là pour aider ҩ très courageux ҩ il ne courbe jamais l'échine ҩ il défend les plus faibles ҩ insolent ҩ joueur ҩ possessif ҩ fougueux ҩ sarcastique ҩ tête brulée ҩ joueur ҩ taquin ҩ rebelle ҩ romantique.
ϟ RUNNING UP THAT HILL
Avez-vous des souvenirs de votre vie antérieure ? « Totalement. Enfin... oui, j'ai des souvenirs j'veux dire. Ils remontent petit à petit, à n'importe quel moment de la journée, mais surtout pendant la nuit. J'vois pas grand chose pour l'instant, mais je sens que ça va pas tarder... »
Vous êtes plutôt du genre à accepter ces souvenirs ou plutôt à les chasser de votre esprit ? « Au début, j'y faisais pas réellement attention. Je pensais juste que j'étais fatigué et que je débordais d'imagination ! A force, je m'y suis habitué et j'y faisais même plus attention. Disons, que je les chassais ouais. Et puis au fil du temps, j'ai commencé à me poser des questions. J'aimerais en savoir plus alors... inutile de vous dire que je les accepte plus que ça ! J'en redemande ! »
Si vous devriez décrire votre relation avec votre famille en quelques mots ? « Assez compliqué. Trop compliqué pour vous peut-être. »
Seriez-vous prêt à tout sacrifier par amour ? « Très bonne question... Je n'en sais strictement rien. Mais vous savez, je suis quelqu'un qui vit au jour le jour, sans réellement réfléchir à ses actes alors... je pense que sur le coup, je serais capable de tout pour l'amour. C'est beau ce que je dis, je sais. »
Comment vous voyez-vous dans dix ans ? « Waouw, ça fait loin dix ans ! J'sais même pas comment je m'vois dans dix minutes, alors dix ans ! »


Ҩ PASSONS DU COTÉ MOLDU DE LA FORCE..

ϟ PSEUDO/PRENOM : t'aimerais le savoir heeeein ?
ϟ AGE : j'ai atteint la majorité sexuelle, mais je ne suis pas encore majeure. pour tout te dire, la majorité va pas tarder. Arrow
ϟ QUEL HIBOU T'A AMENÉ ICI ? : un hibou qui s'appelait bazzart et qui m'a tellement intrigué que j'ai décidé de le suivre. et perso, je ne suis PAS déçue !
ϟ QUE PENSES-TU DU FORUM ? : comme je l'ai dis, j'suis pas déçue. non, il est vraiment superbe et le contexte est vraiment innovant. et en plus, l'ambiance est ouffissime.
ϟ AVATAR : logan lerman.
ϟ DOUBLE COMPTE : pas que je sache.
ϟ CODE DU RÈGLEMENT : Mimi Geignarde & Peeves formeraient-ils un beau couple ?
ϟ UN PETIT MOT POUR LA FIN ? : euuuh... EPINARD. Arrow



Dernière édition par Anatasie T-J. Rosier le Lun 31 Oct - 1:07, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 10:18

Ҩ « Le grand secret pour n'être pas sensible à la perte, est de ne s'attacher à rien. »



La soirée avait très bien commencé. Les banquets, c'était ce que je préférais. La plupart penserait le contraire. Pour un gosse de six ans, se retrouver aux côtés d'adultes tous plus ennuyeux les uns des autres, habillé dans une robe de sorcier inconfortable et qui gratte, c'est le cauchemar ! Pourtant, moi, j'ai toujours aimé que l'on m'observe et que l'on me pose des tas de questions, rien que parce qu'entendre la réponse d'un gosse insolent, c'est toujours amusant. Être le fils du directeur, ça avait ses bons côtés. Quoiqu'il en soit, j'avais passé la soirée aux côtés de mon père adoptif, souriant de toutes mes dents à chaque fois qu'il me présentait à l'un de ses amis. La plupart me connaissait déjà, et ne se privait pas de le faire comprendre, en répétant maintes et maintes fois que j'avais grandie depuis la dernière fois. Les premières fois sont les plus drôles, à force, on finit par s'en lasser. Personne ne fut donc surpris lorsque je quittais les lieux pour m'aventurer un peu plus loin. La salle dans laquelle la soirée se déroulait était bondée et la température en était que plus élevée, contrairement au froid glacial qui chatouilla quelques temps mes narines. Un frisson me parcourut alors que mes yeux balayaient la cour, avant de se poser sur une blondinette un peu plus loin. Assise sur une balançoire, un livre à la main, elle semblait être dans un autre monde. Le sien. Elle paraissait aussi jeune que moi, pourtant, j'avais l'impression qu'elle était beaucoup plus mature et sage que je pouvais moi-même l'être. Aussi concentrée que je pouvais être intrigué, je m'approchais doucement d'elle. Elle ne semblait pas me voir, plongée dans son bouquin qui m'aurait probablement ennuyé dès la première page. Non, j'étais plutôt le gamin qui faisait le comique et qui trouvait toujours un moyen de repousser ses devoirs au lendemain. Un cancre, si vous préférez. Moi, j'me dis que ce serait plutôt le contraire. Profitons de la vie pendant qu'il en est encore temps. Elle tourna doucement la page alors que ma main se rapprochait doucement de sa longue chevelure blonde. Je l’avais aperçu dans la salle mais je n’avais pas eu le courage de l’approcher. Elle était accompagnée de sa mère, qui dégageait une certaine prestance qui me rendait mal à l’aise. Elle était belle, dans sa petite jupe plissée élégamment et ses grands yeux qui exprimaient clairement l’incompréhension à toute cette mascarade. Elle n’avait aucune idée de la raison de sa présence parmi les invités. Elle était perdue, dans cette immensité. Et malgré cela, un sourire était dessiné sur ses lèvres face aux nombreux compliments que l’on lui lançait. Oh que oui, elle était belle et elle reflétait tout ce qu’un gamin de six ans ne pouvait qu’apprécier. Je ne la connaissais pas, mais je savais déjà qu’elle serait importante dans mon cœur. Sa timidité ne faisait qu’accentuer le fait que j’avais envie de la connaitre. J’avais envie d’en savoir plus sur elle. Qui n’en aurait pas envie ? Ce serait mentir que d’avouer le contraire. Attrapant délicatement le ruban qui attachait ses jolies boucles, je l’attirai vers moi, défaisant absolument tout le travail de celles qui avaient dû y prendre des heures pour rendre sa coiffure parfaite. Tant pis pour elles. Un sourire malicieux se dessina sur mes lèvres alors que la petite fille se rendait compte du pot-aux-roses. Ses yeux s’étaient ouverts de stupéfaction alors que je faisais quelques pas en arrière, me mettant doucement à rire de sa réaction. Elle était drôle bien malgré elle, avec son visage enfantin et ses sourcils froncés. La blondinette se tourna brusquement vers moi, plongeant son regard dans le mien. Le temps semblait s’être soudainement arrêté. Il n’y avait plus rien autour de nous. Seulement elle et ses yeux verts que je pouvais enfin voir de plus près. Ses yeux verts qui dégageaient quelque chose de… magique. Magique était bien le mot. Une rencontre qui me marquerait probablement pour toujours. Une rencontre qui liait nos deux âmes pour toujours. Sans que nous nous en rendions réellement compte, quelque chose de fort se créait entre nous. Quelque chose que plus personne ne pourrait détruire. Ce n’était pas de l’amour non. Ce n’en serait jamais. C’était bien plus que ça. Je n’arrivais plus à me détacher de ses yeux étincelants. C’était différent de tout ce que j’avais pu vivre jusqu’à présent. Bon, je vous accorde qu’à six ans, on n’a pas encore vécu grand-chose. Son regard se baissa soudainement sur le ruban que je tenais toujours et sans même me laisser le temps de réagir, la petite fille se précipita sur moi, prête à récupérer son bien. « Essaye toujours ! » M’écriai-je alors que je tentais de fuir le plus rapidement possible. Nous fîmes plusieurs fois le tour de la cour, riant à gorges déployés. C’est l’une des raisons qui me pousse à aimer tant les banquets. On y trouve facilement de nouveaux amis à six ans. Finalement, elle réussit à me rattraper et me reprendre ce qui était d’abord à elle et avant même de réaliser ce qui se passait, je la vis glisser, m’emmenant avec elle dans sa chute, pour finir dans la fontaine. Aussitôt, je me remis à rire, tentant de me redresser avec tous mes vêtements qui s’alourdissaient avec l’eau. Lâchant le ruban, j’en profitai pour le récupérer et quittai la fontaine. Je riais toujours alors qu’elle me poussait pour m’abattre sur le sol, m’arrachant des mains l’objet de ses convoitises. Je n’arrivais plus à m’arrêter de rire. C’était idiot, je le savais. Et elle m’avait mis K.O en un rien de temps. « J’ai gagné, t’as perdu ! Sale petit voleur ! » Et elle venait enfin d’ouvrir la bouche. ENFIN ! Moi qui attendais tant d’entendre sa délicieuse voix, je n’étais absolument pas déçu de la surprise. Elle était douce, enfantine et reposante. Une voix qui pourrait en être une parmi tant d’autres. Pas pour moi. C’était sa voix. « J’en étais sûr, tu as une voix magnifique. » Plus que ça, elle avait réussi à enfermer mon cœur. C’était stupide. A six ans, on ne sait pas vraiment ce qu’est l’amour. Moi j’en étais sûr. C’était elle. Plus encore lorsque ses jours s’empourprèrent d’un joli rose qui lui allait si bien au teint. Alors que le silence s’était installé entre nous, les portes s’ouvrirent brusquement face à une femme qui me semblait être sa mère, visiblement très agacée par notre comportement et mon père adoptif, nous lançant un léger sourire amusé. Je n’eus pas le temps de lui adresser mes salutations que la vieille femme l’attirer à l’intérieur de la salle d’un œil malveillant. Je ne le savais pas encore, mais une histoire commençait entre nous. Je la reverrais. Bien assez tôt. Plus tôt que ce que j’espérais.

(...)


Plusieurs années avaient passé. Je l'avais revu. Et revu. Maintes et maintes fois et j’en suis tombé fou amoureux, malgré les tensions qui existaient entre nos parents. Malgré la guerre qui risquait à tout moment d'éclater. Une histoire d’amour que tout le monde aimerait vivre un jour. Surtout les demoiselles, qui rêveraient probablement d'avoir un petit-ami prêt à tout pour elles. Moi, j'étais prêt à tout pour Sofia et ça, ce n’était plus un secret pour personne. A tel point que lorsque j’avais décidé de lui demander sa main, la plupart des élèves de Poudlard étaient déjà mis au courant. A croire que je n’avais plus aucune vie privée ! Certains venaient même m’accoster pour me dire d’un ton envieux un léger « félicitations mec, tu vas te marier avec l’une des plus canons de l’école ! » même si, au fond d’eux, ils n’avaient qu’une envie, de me foutre un poing dans la figure parce que c’était moi qu’elle épouserait sans aucun doute. D’autres m’arrêtaient en plein chemin pour me faire du rentre-dedans, tentant sans doute de me faire changer d’avis. J’avais tout vu ! Absolument tout ! Et je pouvais tout avoir. J’aurais pu changer la plus belle femme à mes yeux pour une autre encore plus belle ! Pourtant, j’ai tenu bon. Et ce fut donc avec une voix qui se voulait assuré mais qui montrait surtout ma nervosité que je lui ai demandé, sa main. Vous auriez vu mon visage à cet instant ! Le rouge me montait aux joues et je n’avais qu’une seule envie, c’était de fuir le plus rapidement possible si sa réponse était négative ! Sofia, elle, avait un léger sourire sur ses lèvres. Elle était surprise mais l’on pouvait aisément lire en elle que c’était le plus beau jour de sa vie. Elle tentait de garder son calme, sans réellement y parvenir. Elle faisait mine de réfléchir et ce fut donc à mon grand soulagement qu’elle finit par répondre, un petit « oui » timide mais que tout le monde avait probablement entendu. Oui. Un seul mot qui allait nous unir à jamais. Ou presque. C'était stupide de se marier par ces temps-là. Pourtant, je savais que si nous ne le faisions pas, nous n'en aurions jamais l'occasion. Nous étions tous très impliqués dans cette affaire, surtout moi et il valait mieux pour nous tous de continuer à vivre pendant qu'il en était encore temps. Et quoi de mieux qu'un mariage, pour faire oublier cette guerre dans les esprits des plus fragiles ?

Il était temps. Habillé de mon costume de marié qui –selon Edward- m’allait comme un gant, je m’observais dans le miroir de la pièce. J’étais anxieux mais c’était probablement normal. Qui ne l’aurait pas été en ce jour de fête ? Pourtant, je ne doutais absolument pas de l’amour que je portais à celle qui allait devenir ma femme. A vrai dire, je ne réalisais pas encore la chose. Je me mariais. Avec Sofia. Et peu importe l’avis de sa famille, elle deviendrait ma femme. C’était incroyable. « Tu es nerveux ? » Me demanda soudainement Nathaniel en s’approchant de moi. Un sourire se dessina sur mes lèvres alors que je me tournais pour lui faire face. Agrippant ma cravate, il la remit soigneusement en place en me lançant un léger sourire. « Tu as vu Sofia ? » Il acquiesça vivement, rendant mon sourire. J’avais tellement hâte de la voir ! Selon la tradition qu’elle avait tenu à respecter, la voir dans sa robe de mariée nous apporterait malheur. Je n’avais jamais cru aux superstitions mais j’avais joué les modèles en tenant compte de ses envies. J'avais résisté à la pire des tentations pour garder le mystère jusqu'au bout et j'étais clairement en train de mourir d'impatience. « Elle est magnifique… » Commenta-t-il alors que la porte s’ouvrait pour laisser entrer un jeune homme que je reconnus aisément comme étant Edward. Je ne l'avais jamais vu aussi élégant que ce jour-là. Un jour magique pour nous tous, je suppose. Son costume était parfait. Aucun défaut qui aurait pu compromettre son rôle de témoin. Ses cheveux étaient élégamment coiffés en arrière, ce qui lui donnait un côté plus mature qu'en temps normal. Oui, il était dans ses beaux jours. Nate rouvrit la bouche pour terminer sa phrase mais n'en eut pas le temps, le rouquin se rapprochait déjà pour me lancer un coup sur l’épaule. « …Et toi aussi ! Tu es le plus beau de nous tous réunis. » Compliment qui me fit sourire de plus belles. Ils avaient les mots pour me rassurer ces deux-là. Entre nous, c’était indescriptible. On s’entendait tous à merveille mais ce n’était pas qu’une simple amitié. Ils étaient devenus avec le temps, des frères. Une véritable famille sur qui je pouvais compter et inversement. Nous avions grandi ensemble, muri ensemble et avions absolument tout vécu. Il n’y avait plus aucun secret entre nous. Et comme le disait si bien Sofia, nous étions ses trois mousquetaires. Ses trois hommes de sa vie, même si, sans me vanter, j’avais toujours été le préféré. Tout élève habitant à Poudlard pourrait vous confirmer que tous les quatre, nous étions inséparables et le serions probablement pour toujours. C’était la famille. Notre famille. Et elle ne s’oubliait pas aussi facilement. Nathaniel posa soudainement une main réconfortante sur mon épaule. « Prend pas trop la grosse tête quand même… » Je me mis à rire, suivi par mes deux autres amis. Il avait probablement remarqué mon sourire malicieux niché sur mes lèvres quelques minutes auparavant. « Ca va. J’ai toujours su que j’étais le plus beau. » Oui, c’était bien ça ma famille et je ne l’échangerais pour rien au monde.

Posté devant l'autel, j'attendais patiemment la mariée, un sourire crispé aux lèvres. Le parc de l'école avait été aménagé pour notre mariage et le travail était merveilleusement bien fait. C'était simple, mais convaincant. Moi-même, j'avais été émerveillé face aux multiples fleurs qui nous entouraient, à toutes ses chaises et ses pétales de roses éparpillés dans le parc. Le soleil était également au rendez-vous, ce qui ne gâchait en rien la cérémonie. Tout était absolument parfait. Tout Poudlard était réuni pour célébrer notre mariage. J'en étais tout excité ! Edward me lança un petit sourire alors que Nathaniel me faisait un signe de la tête, m'indiquant ainsi que Sofia venait d'apparaitre. Et ce fut là, que je la vis. Dans sa longue robe blanche, son sourire Colgate dessiné sur ses lèvres. Elle était belle. Plus belle que le jour lui-même. Nom de Dieu, elle était belle. Et c'était ma future femme. Je lui rendis aussitôt son sourire, me rendant compte que je bavais littéralement sur mon costume face à ce spectacle. Tous les invités semblaient hypnotisés par sa démarche et son élégance. Elle était bien la digne fille de la directrice de Durmstrang. C'était trop parfait. Trop parfait pour être vrai... Sofia tendit doucement sa main vers la mienne et je n'eus pas le temps de la lui prendre qu'un étrange bruit se fit entendre. Aussitôt, tous les regards se tournèrent vers les sorciers qui venaient de faire leur apparition au milieu de la cérémonie. Baguettes en main, personne n'eut le temps de réagir que les sorts fusaient déjà de toute part. Des cris se faisaient entendre dans tout le parc et le désespoir semblait se lire dans certains visages. Tout était détruit et aucune exception n'était fait. Alors que mon regard balayait la cour du regard, cherchant mes amis et la blondinette des yeux, un sort me percuta de plein fouet et je m'écrasais sur le sol. Cherchant rapidement ma baguette dans mes poches, je tentais de reprendre mes esprits et de me protéger. Heureusement, je fus beaucoup plus rapide que mon agresseur, qui tomba quelques secondes plus tard, sur l'un de ses compères qui me lançaient un regard haineux. Je n'avais pas le temps pour tout ça, il fallait que je retrouve mes amis ! Et vite ! J'avais un très mauvais pressentiment et je ne pouvais pas les abandonner, pas maintenant. Me frayant un chemin entre deux combattants qui semblaient fous de rage, j'aperçus au loin une grande blonde, qui levait sa baguette en direction de celle qui faisait battre mon cœur. Sans même réfléchir aux conséquences, je me précipitai sur elle, lui lançant le premier sort qui me parut le plus judicieux. Mes yeux se tournèrent ensuite sur Sofia, soudainement rassuré de voir qu'elle n'avait rien. Néanmoins, des larmes avaient coulé sur son visage... et c'est là, que je le vis. Allongé sur le sol, le regard vide, le corps inerte... impossible. C'était impossible. « Non, non, non... NON ! » Pas Nathaniel. Pas lui. N'importe qui mais pas lui. Nom de Dieu, c'était un cauchemar ! Mes doigts se serrèrent un peu plus sur ma baguette magique alors que je me retournais, prêt à en finir avec Natalia. Elle devait payer ! Natalia devait mourir et peu importe ce qui en découdrait. Cependant, je n'eus pas le temps de prononcer un sort qu'elle transplanait déjà, fuyant comme la lâche qu'elle était. « NATALIAAA ! » Hurlai-je, laissant la rage envahir mon cœur. Sofia me prit doucement la main, cherchant probablement à me réconforter de la peine que je ressentais. « Gabriel, calme-toi... » Je secouai difficilement la tête, ôtant sa main de la mienne. « Elle va payer. Je la retrouverai. Je la tuerai. Je te le promets Nate. Je te le promets. » Il n’y avait plus un bruit autour de moi. Ils m’observaient. Tous. Et personne ne semblait vouloir m’interrompre dans mes désirs de vengeance. Oh que oui, il l’aurait sa vengeance ! Certains commençaient déjà à pleurer, d’autres tentaient de rester fiers. « Trois jours. Dans trois jours, ce sera l’escapade du siècle. Je nous donne trois jours. Et dans trois jours, tu seras vengé. » Et personne n’y échapperait.

(...)

La nuit était tombée depuis quelques heures. Face à moi, Sofia, qui n'avait pas hésité à me lancer un sort pour me projeter contre le mur. Je n'avais absolument pas compris son comportement. Tout s'embrouillait dans ma tête. Et elle s'était enfuie, sans même me laisser le temps de lui demander des explications. Je m'étais mis à courir derrière elle, tentant d'oublier le mal de crâne que j'avais attrapé à cause de la chute. Et nous voici. Tous les deux. Au milieu des élèves qui s'étaient attroupés autour de nous, attendant probablement le scoop de l'année. Ah ça, ils l'avaient ! Le couple le plus glamour de Poudlard se séparait... et pas n'importe comment. Sofia venait de me débiter des paroles insensées. « Tu... Tu mens. » Non, je ne pouvais pas la croire. Pas après ce que nous avions tous les deux vécu. Comment avait-elle pu tous nous trahir ? ME trahir ? Trahir Nathaniel alors qu'il était mort à cause de toute cette stupide guerre ? C’était impossible. Impossible… Je ne comprenais absolument plus rien. J’avais l’impression de rêver… C’était un cauchemar n’est ce pas ? Un cauchemar, et j’allais bientôt me réveiller. Nom de Dieu, je n’y croyais pas. Je n’y croyais plus. Mais qu’est ce qui avait pu se passer pour que Sofia fasse cela ? « Tu t’es regardé, mon pauvre ? Tu me fais pitié. Il n’y a jamais rien eu entre nous. C’était de la comédie. Pure et dure, de la COMEDIE. Et si tu veux tout savoir, je me suis fait un PLAISIR certain à te voir mourir de tristesse pour ton ami. C’était parfait. » C’en était trop… Ce n’était pas elle. Pas Sofia, qui avait toujours été d’une innocence et d’une gentillesse inégale. Pas elle et son regard vert émeraude qui transpirait la joie de vivre et la malice. Pas elle, alors qu’elle m’avait chuchoté maintes et maintes fois des « je t’aime » à l’oreille. Tentant de reprendre mes esprits, j’ouvris la bouche, prêt à répondre mais elle quittait déjà les lieux, faisant virevolter sa cape. Une sortie dès plus théâtrale qui ne lui ressemblait absolument pas. Elle marchait toujours dans le parc, suivant un chemin tout tracé alors que je tentais de la rattraper. Il me fallait de vraies explications. Pas toutes ses conneries qu’elle venait de me débiter. Je n’y croyais pas. Soudainement, alors que j’avais encore de l’espoir pour que tout ceci ne soit qu’une pure mascarade, Sofia leva la baguette sur celle qu’elle considérait comme sa meilleure amie. Rose. Sa Rosie qui lui faisait face. Je crus un instant que cela signifiait la fin de cette scène, jusqu’à ce que Sofia lève sa baguette pour lancer le sort impardonnable qui me glaça immédiatement le sang. « Avada Kedavra ! » Non. Non ! Et sans un regard, Sofia continua son chemin. Alors, c’était vrai… Elle nous avait tous trahi. Elle était des leurs. Elle était contre nous. Et prête à tout pour nous détruire. Elle ne m’avait jamais aimé. Jamais. Les élèves se précipitèrent vers la jeune fille au sol, hurlant le désespoir qu’ils ressentaient face au piège qu’elle nous avait tous tendu. Elle avait bien réussie son coup celle-là ! Pourtant, au fond de moi, j’espérais toujours que ce n’était qu’un mauvais cauchemar. Comment tout cela avait-il pu se terminer ? Pourquoi un tel changement de comportement ? Pourquoi maintenant ? « Viens te battre, lâche, vient te battre ! » Hurlai-je contre la traitresse. Elle se retourna à peine, m’envoyant une nouvelle fois m’écraser sur le sol froid, dans un sourire narquois. Et je ne bougeais plus, n’ayant pas le courage de me relever et d’affronter la dure réalité qui venait de s’abattre. Mes poings se serrèrent alors que les larmes coulaient contre mon gré sur mes joues rosies par la colère. Ce n’était pas de la tristesse. Absolument pas. C’était la rage de vengeance qui hantait mon esprit. Je la détestais. Je la détestais pour tout ce qu’elle avait infligé à mes camarades. Pour ses faux sourires, ses déclarations faussées, ses mensonges et ses intentions. Pourtant, bien malgré moi, je ressentais toujours de l’amour pour elle. Je me sentais mal. Tout se mélangeait dans ma tête. J’étais perdu. Complètement perdu. Et d'une certaine manière, j'étais encore plus déterminé à envahir Durmstrang. Ces trois jours furent probablement les plus longs de mon existence. J'attendais avec impatience de les retrouver. La vengeance est un plat qui se mange froid.

Les élèves de Durmstrang semblaient tous aussi étonnés de nous voir débarquer dans les enceintes du château. Baguettes à la main, nous n'avions absolument plus aucune pitié pour ceux qui avaient sali trop longtemps Poudlard. Il était temps pour eux de comprendre ce qu'était l'humiliation et la douleur. Nous avions trop longtemps laissé passer leurs crasses. Edward à mes côtés, je le vis s'éloigner, pris dans une bataille corsée avec une élève de Durmstrang qui semblait très concentrée et prête à tout pour l'éradiquer. Mon attention fut rapidement reprise lorsque j'aperçus, au loin, une jeune fille à la longue chevelure dorée et à la silhouette gracieuse, tenter de se frayer un chemin entre deux soldats qui voulaient sa peau. Les sorts fusaient autour de moi mais je ne pouvais plus détacher mon regard d'elle. Sofia. Sans plus attendre, ne laissant plus la raison dicter ma conduite mais suivant plutôt les ordres de mon cœur, je me précipitai vers elle, envoyant valser ses adversaires. Je ne savais pas réellement ce qui m'avait pris de le faire. Je l'avais seulement fait. Pour elle. Pour notre amour, qui avait malgré tout réussi à emprisonner mon cœur. Le souffle coupé, elle leva néanmoins doucement la tête vers moi et nos regards se croisèrent quelques instants. Assez de temps pour voir que c'était bien Sofia. Celle que j'avais longtemps aimé était revenue à la raison. Elle était redevenue mienne. « Merci Gabriel… Merci… » Elle avait repris ses esprits. Un sourire au coin de mes lèvres, je baissai ma garde, la laissant se loger dans mes bras. Mais avant même de décrocher quelques mots, je sentis une lame s’enfoncer doucement en moi, déchirant mes tripes et coupant par la même occasion ma respiration. « Sofia, qu’est ce que… ? Elle retira d’un mouvement brusque la lame et un gémissement s’échappa de mes lèvres. Est-ce qu’elle venait de me poignarder… ? Sofia venait de me poignarder… et c’était probablement la pire chose qui pouvait m’arriver après sa trahison. L’amour ? Mais quelle connerie ! La jolie blonde se mit soudainement à rire, alors qu’elle retirait ma main posée sur son épaule. Je perdis aussitôt l’équilibre et me laissai tomber sur le sol froid, la voyant m’observer de ses beaux yeux verts. Elle était satisfaite de son coup. Sa mission était accomplie. Et tant pis pour moi. « Sofia… je t’en prie, fais pas ça… » Lui suppliai-je doucement, agrippant sa cheville. Elle poussa ma main et quitta la pièce, alors que je gémissais une nouvelle fois de douleur, essayant de me relever pour la rattraper. S’il fallait mourir, autant mourir à ses côtés. « Mais que vois-je ? Gabriel ? Où est donc passé ta garde rapprochée ? » Je fermai doucement les yeux, reconnaissant cette voix entre mille. La directrice de Durmstrang, autrement dit, la génitrice de celle qui venait de m’arracher le cœur. Mon regard croisa quelques instants le sien, observant sa baguette se tendre vers moi et ses lèvres prononcer d’une voix mielleuse le mot interdit. « Endoloris ! » L’électricité traversa mon échine, glaçant tous mes membres qui se mettaient à convulser de façon anormale. Je pouvais presque entendre mes os se craquer. La douleur fut telle que mon cri résonna dans tous les couloirs de l'école. Je n'avais aucune envie de me montrer faible face à cette femme mais je ne pouvais cependant pas m'en empêcher. Elle releva soudainement sa baguette et mes muscles se décontractèrent peu à peu. Je ne bougeais plus. Les yeux fermés, je priais pour que trouver la force de me battre, en vain. J'entendis des pas se rapprocher alors que mes yeux se poser enfin sur celui qui venait d'arriver. Le directeur de Poudlard. Mon père. Des larmes se mirent à couler sur mon visage, alors que j'entendais la mère de Sofia lui lancer un sort, le projetant contre le mur. Elle se remit à rire. D'un rire froid. Presque sarcastique. « Une réunion de famille. Nous n'attendions plus que vous, monsieur le directeur. » Elle en jouissait de bonheur. Elle était follement excitée à l'idée de connaitre la pire des horreurs. « N'est ce pas Gabriel ? Tu es bien silencieux aujourd'hui... peut-être que ceci t'aidera un peu. » Et une nouvelle décharge qui me fit hurler d'horreur, alors que je pensais une dernière fois à Sofia. Sofia… qui m’avait trahi. Sofia, que j’aimerais probablement toujours. Sofia. Ma bien-aimée. C’en était fini de moi. Adieu.



Dernière édition par Anatasie T-J. Rosier le Dim 30 Oct - 22:56, édité 38 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 10:18

Ҩ révèle tous tes secrets.



Anatasie. Un prénom différent pour une même personne. Il ne le savait pas encore, mais il faisait partie des grands noms à Poudlard durant cette longue guerre contre Durmstrang. Parfois, il lui arrivait d'avoir quelques visions mais elle ne lui montrait qu'une jolie blonde, dont il ne percevait même pas le visage. Il se doutait néanmoins qu'elle était très belle. La vie antérieur ? Il ne savait pas quoi en penser. La seule chose qu'il savait, c'était qu'il s'appelait Anatasie et qu'il était un simple élève de Poudlard, parmi tant d'autres, sans savoir qu'il était directement lié à tout ce qui avait pu se passer, cent cinquante ans auparavant.

Mon heure était arrivé. Chacun avait passé le test du choixpeau magique et il était temps pour moi d'en faire de même. J'étais stressé. J'angoissais totalement face à tous les regards posés sur moi. Téonard, mon jumeau, était passé quelques secondes plus tôt et à son grand désespoir, c'était retrouver dans l'une des maisons que nos parents avaient toujours dénigré. Tant pis pour lui. Tant mieux pour moi. Entre nous, c'était assez compliqué. Je ne saurais l'expliquer mais j'avais toujours besoin de me montrer supérieur à lui. Au début, c'était un jeu. Un simple jeu que nous nous amusions à faire, parce que c'était amusant... ou presque. A vrai dire, cela commençait par des petites disputes sur des choses totalement anodines et ça partait dans des proportions inexpliquées. Évidemment, lorsque cela arrivait, je finissais toujours par gagner. Il fallait croire que j'étais le meilleur de nous deux. Le petit chouchou de la famille. Ma mère m'adulait, mon père m'adorait et ma sœur m'appréciait plus que tout au monde. Lui, c'était juste mon jumeau. Et tant pis pour lui. J'avançais doucement vers le tabouret et le professeur qui tenait le choixpeau d'un air grave. Au fond de moi, je me fichais bien de la maison dans laquelle j'allais rentrer. Tant qu'elle était plus appréciée que celle de mon jumeau, tout m'allait ! Mes parents nous avaient toujours confié que les gryffondors et les serdaigles étaient les moins fréquentables. Ils nous racontaient des tas d'histoires sur eux, nous montrant ainsi qu'ils étaient la mauvaise graine. Selon eux, ces élèves-là ne servaient absolument rien à la société, si ce n'était, pour classer les personnes inclassables. Autant vous dire qu'il valait mieux ne pas tomber sur l'une des deux. M'asseyant timidement sur le siège, le professeur posa délicatement le choixpeau qui se mit à gigoter. Mon regard croisa celui de mon jumeau qui me lançait un léger sourire d'encouragement et je levai aussitôt les yeux au ciel. « Pas à serdaigle, je vous en supplie, pas à gryffondor... pas à serdaigle, pas à gryffondor... » C'était stupide, puisque nos parents nous avaient dit qu'il valait mieux ne pas faire de demande. Dans tous les cas, le choixpeau nous envoyait dans la maison la plus appropriée et peu importe ce que l'on en pensait ! Pourtant, le choixpeau hésita plusieurs fois, avant de prononcer d'une voix extremement forte. « POUFSOUFFLE. » Un sourire victorieux se dessina sur mes lèvres alors que j'entendais les cris des blaireaux résonner dans la Grande Salle. J'avais réussi. J'étais encore le plus doué de nous deux ! Ma mère en serait probablement ravie ! Plus que mon père, même si celui-ci serait tout aussi fier d'avoir un fils dans l'une des maisons qui selon lui, étaient importantes pour la société des sorciers. Je me dirigeais d'un pas nonchalant vers la table des poufsouffles, alors que je m'imaginais la tête de mon jumeau lorsqu'il avait découvert la révélation. J'avais encore gagné. Comme toujours. Cela avait toujours été ainsi. Il était le vilain petit canard. J'étais le préféré de tous. Et c'était probablement mieux ainsi. Je vous épargne le fait que notre relation s'était très détériorée après cela. A vrai dire, elle n'avait jamais été aussi conflictuelle que depuis que j'avais atterri chez les jaunes et lui, chez les rouges. Quelle tristesse. Il se retrouvait en bas de l'échelle. Tout en bas. Je ne l’avais pas voulu. Je n’avais aucune envie de me montrer aussi dur que lui. Pourtant, je ne pouvais pas m’en empêcher. J’avais besoin de prouver au monde entier que malgré notre lien de sang, nous étions différents. Je ne saurais l’expliquer. Le jeu m’avait probablement piégé. Je l’avais clairement préféré à mes sentiments envers lui. C’était compliqué. Trop compliqué pour que je puisse y changer quelque chose. Non, ce n’était pas de ma faute. C’était la sienne. Il n’était pas à la hauteur. C’était tout. Rien de plus. Il aurait dû suivre nos pas. Il n'y était pas parvenu. Il en payait à présent les conséquences. Tant pis pour lui. Pourtant, je l'aimais mon frère. C'était mon jumeau. Ce n'était pas n'importe qui ! Mais je n'y arrivais décidément pas. Il m'en fallait plus.

(...)

Si j'avais choisi ma famille, j'aurais clairement choisi Nolhan et Auxence pour frères, et pas ce boulet de Gavin. Ces deux-là étaient tout simplement exceptionnels. Chacun avait sa propre personnalité, qui complétait les deux autres. C'était assez amusant de voir que nos différences nous avaient rapprochés. Digne d'un film sur l'amitié. Lorsqu'ils allaient mal, j'étais présent pour eux et inversement. D'ailleurs, ils m'avaient toujours soutenu pour l'amour que je portais à Cordélia Dawkins-Buckley. Ah, Cordélia. Je ne savais pas pourquoi mais elle m'attirait comme un aimant celle-là. Elle était belle et talentueuse... Belle et froide comme la glace. Malgré le fait que son frère faisait partie de mes meilleurs amis, elle était tout simplement insensible à mon charme. J'avais beau tout essayé, elle m'observait comme si j'étais un demeuré, sans pouvoir rien y faire pour le changer. Cette situation me rendait malade. « Et j'ai tout essayé ! Qu'est ce que je peux faire d'autres... ? » Me plaignis-je d'un ton désespéré. Allongé sur l'herbe dans le parc de Poudlard, j'étais une énième fois, en train d'expliquer le pourquoi du comment de ma relation avec Cordélia. Un soupir se fit entendre la part d'Auxence, lui qui paraissait tout le temps blasé. Il me dépitait. Il avait le don de rester calme en toutes circonstances, alors que je partais au quart de tour. Il était calme à toute épreuve, alors que j'angoissais à en crever. « J’en sais rien. » Répondit-il doucement. Il m’aidait beaucoup. Merci Auxence ! Pourtant, d’une certaine manière, je le comprenais. J’en parlais trop souvent. Il avait suffit d’un regard pour que je tombe fou amoureux d’elle. Bon, fou amoureux, peut-être pas. Je n’étais jamais tombé amoureux auparavant et c’était assez difficile de se dire que j’étais amoureux d’une fille dont je n’arrivais pas à échanger quelques mots sans qu’elle m’envoie sur les roses. Pourtant, c’était bien ça. Quelque chose d’inexplicable, qui me poussait à toujours tout fait pour qu’elle m’ait dans ses faveurs. Pour l’instant, cela avait été un échec total… mais je ne désespérais pas. « Je suis sûr qu’elle est faite pour moi. Cette fille, c’est… je sais pas, c’est la femme de ma vie. » Murmurai-je alors que Nolhan se mettait à sourire bêtement en voyant une fille s’approcher de nous et qu’Auxence semblait parti très loin dans ses pensées. Aussitôt, je me tournai vers la demoiselle, qui nous lançait un sourire qui en disait long sur ses intentions. Cela ne nous arrivait pas souvent, mais cela nous arrivait. Parfois, elles s’approchaient et nous proposaient quelques sorties, que nous avions toujours accepté mais qui n’avaient jamais réellement conclu à quelque chose de sérieux. Aucune n’égalait l’élégance de la magnifique Cordélia. « Salut les mecs… » Dit-elle d’une voix sensuelle, qui fit presque rougir Nolhan. Auxence se redressa, lui lançant un sourire malicieux alors que je levais les yeux au ciel, amusé. Le rouquin n’avait jamais été doué avec les filles, contrairement à Auxy, qui lui, excellait dans la matière. C’en devenait comique. « Saluuuut… » Répondit Nolhan d’une voix mielleuse. Je me retins de rire, alors qu’Auxence me lançait un coup de coude. « Salut… Euh, on fait une soirée ce soir avec les filles, ça vous dit de… venir ? » Le blondinet haussa des épaules, alors que je me tournais vers le rouquin, le laissant se débrouiller avec elle. Il avait besoin d’entrainement lui… « Je… oui ce serait génial, parce que… nous, on adore les soirées, on est le genre à s’amuser et tout donc… j’veux dire ouais. J’veux dire, c’est cool. » Le rouge lui montait aux joues alors que la demoiselle semblait retenir son calme. Encore heureux. Elle acquiesça vivement, décidant de disparaitre le plus rapidement possible avant que Nolhan se remette à déblatérer des conneries pareilles. Lorsqu’elle disparut du champ de vision, j’échangeai un regard avec Auxence avant que l’on se mette à rire comme des abrutis. « Par le caleçon de Merlin, c’était quoi ça ? » Nolhan se renfrogna, croisant les bras, vexé. « C’est franchement mauvais pour notre réputation de tombeur. » « Ca va ! J’étais stressé, okay ! » Auxence ricana alors que je me remettais à rire. Ah ça oui, Nolhan était un phénomène à lui seul. Un soupir d’exaspération s’échappa des lèvres du rouquin alors qu’il nous demandait d’arrêter de se foutre de lui. Evidemment, comme il s’y était attendu, le fou rire nous reprit de plus belles. C’était de la folie. Pourtant, mon fou rire disparut rapidement lorsque je vis Cordélia traverser le parc, se dirigeant vers nous. Probablement pas pour nous adresser la parole, mais tout de même ! Lorsqu’elle vint à notre hauteur, je lançai un sourire à mes amis avant de me précipiter vers elle, prêt à lui déblatérer des phrases plus censées que celles que Nolhan avait débitées quelques minutes auparavant. « Casse-toi Rosier, m’emmerde pas. » Elle ne m’avait même pas laissé le temps de répondre qu’elle reprenait son chemin, sans un regard pour moi. Même en se comportant ainsi, j’étais fou d’elle. C’était insensé. Auxence s’approcha de moi, posant une main sur mon épaule. « On dirait que Nono n’est pas le seul à devoir prendre des cours. »

(...)


Je venais de terminer mon cours de potion, ô combien intéressant. Néanmoins, pour une fois, j'avais réussi ma potion sans aucun accident. Exploit que je comptais bien raconter à tout le monde pendant des années ! Oui, la potion, bien malgré le fait qu'elle m'avait toujours passionné, avait toujours réussi à tâcher mon bulletin avec les mauvaises notes que je recevais. Il fallait croire que je n'étais pas fait pour ça. Dommage. Quoiqu'il en soit, j'étais en direction du parc de Poudlard, prêt à rejoindre mes amis qui devaient probablement déjà m'attendre, lorsque je sentis une main se poser sur mon épaule, derrière moi. Aussitôt, je me retournais, m'attendant à retrouver quelqu'un que j'appréciais... et non. Raté. « Saluuut ! » Oh non, pas elle. N'importe qui, mais pas elle ! Je ne savais pas ce qu'elle avait, à toujours vouloir m'inviter à ses sorties, ses rendez-vous et ses soirées. Il semblerait qu'elle ne comprenait pas tout à fait ce que signifiait le mot « non ». Pourtant, je le lui avais clairement fait comprendre qu'entre nous, une amitié n'était aucunement envisageable. Je ne savais pas pourquoi, mais elle ne m'inspirait absolument pas confiance. Elle pouvait bien tourner autour d'Auxence tant qu'elle le souhaitait, moi, elle ne m'approcherait pas ! De plus, je la connaissais assez bien pour savoir qu'elle s'amusait à raconter des idioties sur Cordélia. Les rumeurs les plus folles circulaient sur elle et c'était toujours cette blondasse qui les inventait... Pourquoi est ce qu'elle faisait ça ? Je n'en savais rien. Elle était peut-être jalouse... allez savoir. « Salut. Qu'est ce que tu veux ? » Demandai-je d'un ton méfiant alors qu'un énorme sourire était niché sur ses lèvres. Elle m'agaçait, à toujours garder le sourire malgré mes refus. A rester optimiste alors que j'étais catégorique. C'était non ! « Je me demandais si tu avais envie... que l'on passe l'après-midi ensemble ? On a prévu des bierre-au-beurre avec des potes et... » Sans lui laisser le temps de terminer, je secouai la tête négativement. « Non merci. » J'en avais marre de devoir lui répéter toujours les mêmes choses. Pourtant, elle s'obstinait. Comme je le faisais avec Cordélia. « Roh allez... de quoi t'as peur ? » Je levai les yeux au ciel, lâchant un soupir d'exaspération alors que je reprenais mon chemin, suivi de près par ses pas. Elle ne voulait plus me quitter. Etrangement, elle ne m'avait pas manqué depuis ces quelques heures passés sans elle. A chaque fois que je la croisais, elle m'attrapait et tentait de me faire changer d'avis. Elle m'intriguait, avec ses multiples invitations. Elle devait cacher quelque chose mais quoi... Ça, c'était la question à dix mille gallions. « J'en ai pas envie, c'est tout. » Un sourire narquois se dessina sur ses lèvres alors que ses doigts agrippaient mon bras. « C'est Cordélia c'est ça ? Si tu veux mon avis, abandonne la partie ! Elle en vaut pas la peine. » De quoi je me mêlais ? Pour qui est ce qu'elle se prenait ? Je la repoussai rapidement, lui faisant face. « Et si tu veux mon avis, tu devrais arrêter la tienne. » Lui répondis-je d'un ton menaçant. Elle leva les yeux au ciel, me salua d'une voix mielleuse et me laissa enfin tranquille. Pour aujourd'hui...


Dernière édition par Anatasie T-J. Rosier le Lun 31 Oct - 1:02, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 10/08/2011
ϟ hiboux : 1411
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 10:43

Besoin de compagnie pour ton régime ?

Bienvenue sur le forum beau gosse
Bon courage pour ta fiche et si tu as la moindre question, n'hésite pas

Et et et ... Toi et moi, il nous faut un lien Rolling Eyes

_________________

« On essaie de se dire que la réalité vaut mieux que le rêve. On se persuade qu’il vaut mieux ne pas rêver du tout. Les plus solides d’entre nous, les déterminés s’accrochent à leurs rêves. Un jour on se réveille, et contre toute attente, l’espoir renaît, et avec un peu de chance on se rend compte, en affrontant les événements, en affrontant la vie, que le véritable rêve, c’est d’être encore capable de rêver. » Grey’s Anatomy.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ It's kind of fun to do the impossible.

ϟ inscription : 18/08/2011
ϟ hiboux : 743
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 11:08

Pas touche Rosalynn c'est chasse-gardée ou je te brule ta belle chevelure blonde
T'as pas besoin de regime t'es parfait
Et je découperai en petits morceaux toutes les volontaires vous voilà prévenues mes dames

_________________
“Sometimes you have to be apart from people you love, but that doesn't make you love them any less. Sometimes you love them more.” There are moments when i wish i could roll back the clock and take all the sadness away, but i have a feeling that if i did, the joy would be gone as well. So i take the memories as they come, accepting them all, letting them guide me whenever i can - she loved him; it was as simple as that. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RAVENCLAW ҩ think and wonder. Wonder and think.

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 54
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 11:42

Cordy elle fait sa possessive, mais dans le fond ... C'est une douceur What a Face mon visage s'en souvient encore après le coup qu'elle m'a foutu Rolling Eyes
MEILLEUR AMI I love you bienvenue et bonne chance pour ta fiche =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GRYFFINDOR ҩ I'm taking chances in the here and now.

ϟ inscription : 01/09/2011
ϟ hiboux : 122
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 11:55

NIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Y'a que des bô gosses ou quoi dans ce forum!

Bienvenue What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ It's kind of fun to do the impossible.

ϟ inscription : 18/08/2011
ϟ hiboux : 743
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 13:34

Si tu essayais pas de me draguer aussi, je te frapperais pas très cher What a Face What a Face

*tire l'oreille de Gwen*

Attention petite coquine je te surveille What a Face

Au passage j'adore la citation de ta fiche, j'ai l'impression que c'est Anatasie qui dit ça à Nolhan

_________________
“Sometimes you have to be apart from people you love, but that doesn't make you love them any less. Sometimes you love them more.” There are moments when i wish i could roll back the clock and take all the sadness away, but i have a feeling that if i did, the joy would be gone as well. So i take the memories as they come, accepting them all, letting them guide me whenever i can - she loved him; it was as simple as that. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 14:26

Rosa ; un régime à deux, c'est toujours plus intéressant.
Meerci & ce sera avec plaisir pour le lien ! Commence à réfléchir :p.
(En passant, ton avatar est vraiment supeeeerbe ! )

Cordy ; t'es vraiment trooop mignonne toi.
T'en fais pas, elles n'ont aucune chance face à une aussi belle blonde que toi.
Pas faux pour la citation haha.

Auxy ; BEST FRIEND FOREVER !
J'adoooore ton pseudo !
Ahahaha, ça commence bien ! Je sens qu'on va en recevoir des coups avec elle.

Gwen ; Meeeerci !
T'es pas mal non plus belle brune. own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RAVENCLAW ҩ think and wonder. Wonder and think.

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 54
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 14:54

voilà notre symbole =D Merci pour le pseudo et puis, le tiens
d'ailleurs, j'hésite entre te donner le beau surnom Annie ou TJ, je verrais bien =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GRYFFINDOR ҩ Life is short, break some rules.

ϟ inscription : 05/08/2011
ϟ hiboux : 661
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 16:13

FUCKING CHOICE. j'adore le pseudo.
bienvenue parmi nous et bonne continuation pour ta fiche.
les trois mousquetaires sont au complet

_________________

So no one told you life was going to be this way. Your owl’s a joke, you’re cursed, you’re love life’s DADA. It’s like you’re always stuck in Slughorn’s class, Well, it hasn’t been your day, your week, your month, or even your year. But, I’ll be there for you, when the spell starts to blow. I’ll be there for you, like I’ve been there before. I’ll be there for you, cause you’re there for me too. [...] ♥ I'LL BE THERE FOR YOU.

LES LIONS D'OR.
PARCE QUE LES MEILLEURS N'ONT PAS BESOIN DE SE JUSTIFIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 16:30

Yeaah, on a un symbole de ouf !
Au pire, si t'hésites entre plusieurs surnoms, t'as qu'à juste m'appeler Dieu, ça ira très bien aussi.

Meeerci NONO !
Les trois mousquetaires vont tout déchirer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 04/09/2011
ϟ hiboux : 55
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 16:44

Oh, un connard mg

Bienvenue quand même et bonne chance pour ta fiche ilyy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whatcamefirst.over-blog.com
avatar
SLYTHERIN ҩ It's kind of fun to do the impossible.

ϟ inscription : 28/08/2011
ϟ hiboux : 103
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 24 Oct - 17:00

oh un rosier zoe, toujours le mot sympathique own
fais pas attention à ce qu'elle dit, bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ It's kind of fun to do the impossible.

ϟ inscription : 18/08/2011
ϟ hiboux : 743
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Mer 26 Oct - 9:24

* passe par là *

T'es sexy, MEC What a Face !

*pince l'oreille à Zoe et ressort, comme si de rien n'était*

_________________
“Sometimes you have to be apart from people you love, but that doesn't make you love them any less. Sometimes you love them more.” There are moments when i wish i could roll back the clock and take all the sadness away, but i have a feeling that if i did, the joy would be gone as well. So i take the memories as they come, accepting them all, letting them guide me whenever i can - she loved him; it was as simple as that. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 31 Oct - 1:10

Meeerci connasse !

Meeerci Jaymes (très jolie prénom, j'aaaime).

Je pourrais en dire de même pour toi.

FICHE TERMINÉE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ It's kind of fun to do the impossible.

ϟ inscription : 18/08/2011
ϟ hiboux : 743
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 31 Oct - 1:12


Je veux ta réponse dans le bal et ton premier rp




Ҩ Cher/Chère Invité,



Nous avons le plaisir de vous informer que votre inscription au collège Poudlard est validée. Vous trouverez ci-joint la liste des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité.
Tu peux dès à présent faire tes demandes dans les différentes partie du forum

Veuillez croire, cher(re) Invité , en l'expression de nos sentiments distingués.

    Magicalement vôtre,
    Directrice-adjointe


♣️ Il est important de venir sur ce sujet pour recenser votre patronus.
♣️ De quelle maison faites-vous partie ? Pour le bon fonctionnement du forum, venez recenser la maison à laquelle appartiens votre personnage.
♣️ Les élèves comme le personnel de Poudlard doivent prendre connaissance du règlement de l'école.
♣️ Envie d'une joli rang sous votre pseudo ? Venez en faire la demande ici, dès maintenant !
♣️ Ce renseigner sur les règles de la coupe peut rapporter gros.
♣️ Envie de faire partie d'un club, de le diriger ou même d'en créer un ? Ce sujet est fait pour vous !
♣️ Envie coute que coute de faire respecter les règles ? Eh bien devenez préfets mes ami(e)s !
♣️ Êtes-vous un mordu de Quidditch ? Eh bien si tel est le cas, venez vite postulez pour avoir une place dans l'équipe de votre maison !
♣️ Jetez un petit coup d'oeil aux annexes vous sera toujours d'un grand secours !

SPÉCIFIQUEMENT POUR LES PROFESSEURS ::

♣️ Venez recenser ici la matière que vous souhaitez enseigner
♣️ Renseignez-vous sur la coupe du meilleur professeur.
♣️ Vous souhaitez être le directeur de l'une des quatre maisons ? Venez poster ici votre candidature !
♣️ Envie d'un appartement propre à soi ? Venez en faire la demande dès maintenant !
HOGWARTS WILL ALWAYS WELCOME TO YOU HOME

_________________
“Sometimes you have to be apart from people you love, but that doesn't make you love them any less. Sometimes you love them more.” There are moments when i wish i could roll back the clock and take all the sadness away, but i have a feeling that if i did, the joy would be gone as well. So i take the memories as they come, accepting them all, letting them guide me whenever i can - she loved him; it was as simple as that. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Lun 31 Oct - 1:21

T'en fais pas pour ça, elle ne va pas tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GRYFFINDOR ҩ I think my spine exploded but i'm fine.

ϟ inscription : 03/09/2011
ϟ hiboux : 110
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Mar 1 Nov - 19:28

    MAMAAAAN POURQUOI C'EST LUI QUI A LE SECOND NOM LE PLUS STYLE ?

    réserve moi un rp ou j'te bute boumboum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 23/10/2011
ϟ hiboux : 19
MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   Ven 4 Nov - 17:06

Parce que j'suis le plus beau, normal quoi !
Quand tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »   

Revenir en haut Aller en bas
 

ANATASIE → Faire l'amour fait perdre env. 360 calories. « Salut, on fait un régime? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les lieux insolites pour faire l’amour
» Deux patients surpris entrain de faire l’amour à l’hôpital
» J'ai besoin de faire l'amour...
» l'allaitement vous fait t-il perdre du poids ?
» Comment les ivoiriennes arnaquent au nom de l’amour Un article de Direct.cd Lisez la version originale ici: Comment les ivoiriennes arnaquent au nom de l’amour | Direct.cd
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le début du commencement. :: LA PLUME MAGIQUE :: méfaits accomplis !-
Sauter vers: