AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR AMORTENCIA Invité ! ҩ La deuxième intrigue va bientôt arriver! ҩ Veuillez privilégier les maisons POUFSOUFFLE et GRYFFONDOR!!! Si possible et si cela n'est pas nécessaire, évitez les maisons Serpentard et Serdaigle ainsi que le statut de "sang pur"

Partagez | 
 

 Love the way you lie ♣ EMRYS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
HUFFLEPUFF ҩ Procrastination is hard work.

ϟ inscription : 07/08/2011
ϟ hiboux : 174
MessageSujet: Love the way you lie ♣ EMRYS   Mer 5 Oct - 11:12



♣ Je n'arrive pas à l'oublier. C'est terrible. J'ai décidé de ne plus le voir, mon coeur ne veut plus, ma tête refuse, mais chaque pore de ma peau hurle au manque. L'amour ça nait dans le coeur mais ça vit sous la peau. Et lui, il est tapi sous ma peau. Katherine Pancol ♣

2 semaines, 15 jours, 336 heures, 1 209 600 secondes. Cela faisait précisément le temps indiqué que Briséis n'avait plus revu Emrys, ne pensait pas qu'elle était accro ou quelque chose dans le genre absolument pas. Bon c'est vrai qu'elle pensait un peu à lui, d'accord elle pensait beaucoup à lui et avait même essayer d'un peu l'oublier histoire de se remettre les idées en place mais c'était impossible. Parfois le destin joue vraiment avec vous, au moment ou vous voulez le plus oublier une personne cela devient mission impossible. En réalité deux jours après leur dispute un match de Quidditch avait était organiser avec une équipe qui était réputé pour être l'une des plus forte. Briséis s'en foutait comme de l'an 40 mais l'école était dans une certaine effusion par rapport à ce match. Elle ne comprenait pas comme ce sport de dégénéré pouvait amener autant de personne dans un stade. C'est comme cela qu'elle devait être la seule élève de Poudlard à ne pas être aller à ce ridicule match -même Mimi Geignarde avait envie d'y aller- d'autant plus que Emrys était dans l'équipe et ne n'était tout simplement pas envisageable pour Briséis d'y aller. Le match eut donc bien lieu et l'école de Poudlard avait gagné contre l'autre équipe de primitif et cela semblait tellement extraordinaire car l'école en question était imbattable. Emrys avait largement participer à cette victoire en ayant laisser passer moins de dix ballon - oui quand on ne connait pas vraiment le Quidditch on fait avec le vocabulaire que l'on a- et il était devenue une légende pour toute l'école. L'école était euphorique à l'idée d'avoir gagner un match ce qui désespéré Briséis qui trouver dans ce genre de comportement quelque chose d'enfantin et qui n'apporte pas vraiment le respect. Emrys avait donner toute son énergie pour gagner ce match et avait dispensée d'une certaine rage de vaincre que cela avait surprit puis fasciné. Il était devenue la nouvelle coqueluche de Poudlard. Avant les filles se rué sur lui, maintenant c'était pire, un certain nombre de garçon essayait d'être son "pote". Toute le monde voulait être son ami, manger avec lui, porter ses affaires, même faire ses devoir pour lui était devenue un honneur ! C'était absolument ridicule. Cette marée humaine qui se pressais pour être prés de lui donné des nausée à Briséis. Elle avait même surpris quelque Gryffondor vouloir être en la présence du beau blond. Voila pourquoi il était autant difficile pour elle d'oublier Emrys, même si elle ne le voyait pas elle entendait beaucoup par de lui ( beaucoup trop à son goût).

Briséis après cette évènement avait vu ses relations social se diminué à vu de nez, déjà qu'elle n'avait pas vraiment d'amis, maintenant c'était pire. Tout le monde savait la relations de haine qu'entretenait les deux jeunes gens et on n'avait pas spécialement envie de trainer avec la fille que la star de l'école aimait le moins. En plus de cela on trouvait totalement bizarre qu'on ne puisse pas aimer quelqu'un d'aussi talentueux et Briséis était devenue en quelque sorte une pestiféré depuis la montée en grade de Emrys. C'était officiel : elle détestait vraiment Emrys, sans le faire exprès il avait même réussis à lui enlever tout ses amis cet imbécile ! Elle se disait qu'il devait éprouver une certaine jouissance à la voir se vider de toute relation social. Même James qui le détestait commencer à changer d'avis quant à son sujet il commençait le trouver " sympa". Sympa, oui effectivement Emrys est "sympa" au premier abord mais par la suite ...

Le comble dans l'histoire c'était qu'on avait accepter qu'il fasse une petite fête en comité restreint dans LEUR appartements. A vraie dire Biséis n'avait pas vraiment le choix, il ne l'avait pas vraiment consulter et elle était aller faire un scandale auprès du directeur, ce qui lui avait récolter une semaine de corvée. Cette fête, tout le monde voulait y aller, c'était genre l'évènement du siècle, pour Briséis c'était juste une réunion des gens les plus stupide au monde qui se retrouve pour boire comme des imbéciles et danser comme des êtres primitif. Son opinion était assez trancher quant à cela et elle avait décider de passer la nuit dans la salle commune des Poufsouffles pour la soirée, elle allait s'installer sur le canapé. Oui mais voila même la bac, il rester un groupe de fille prés du canapé ou était installé Briséis qui était en train de glousser en parlant de la personne dont elle voulait le moins entendre en ce moment : Emrys. Elle se croyait vraiment maudite, cela était impossible qu'elle en entende aussi souvent parler, l'oublier était devenue quelque chose de irréalisable.

La fête avait était un succès paraitrait il. Des rumeurs folles avait circulé mais Briséis n'en avait que faire. Elle s'en foutait complètement car aujourd'hui c'était son anniversaire. Elle n'avait reçus aucune lettre, rien. Son père devait sûrement être trop bourré pour s'en souvenir, sa mère trop occupé à travailler et sa soeur et sa grand mère n'en parlons pas. Au fond elle s'en fichait, que personne ne se souvienne de ce jour ne l'a rendait pas plus malheureuse que cela. C'est vrai qu'elle aurait préférée quelque chose d'autre pour ses 18 ans, mais que voulez vous, la vie parfois joue de mauvais tour. Sa corvée de semaine débutait aujourd'hui et elle devait aller nettoyer la salle de potion de la façon moldue c'est à dire avec un balais et une serpillière. Cela ne l'a déranger pas plus que cela car elle savait s'y faire. Or personne ne lui avait dit que le placard en question avait un certain problème ce qui faisait qu'il ne s'ouvrait que par l'extérieur. C'est comme cela qu'elle se trouva enfermer dans un stupide placard à ballet le jour de son anniversaire. Après s'être assise en espérant que quelqu'un passe par là, elle sentit le collier que Emrys lui avait offert. Il était cacher en dessous de sa chemise ce qui faisait que personne ne pouvait le voir. Elle le sortit et le contemplas pendant un long moment. il était vrai que ce placard, même si il était poussiéreux était assez apaisant quand on avait envie de se poser pour réfléchir et rester cloîtrer le temps d'un instants. Il y avait une sorte de grande fenêtre qui montrait un paysage magnifique vu d'ici.

Elle tendit un bruit qui l'a fis se réveiller de sa torpeur et n'en crus pas ses yeux quand elle vit Emrys derrière elle et la porte qui commencer à se refermer, elle se précipita dessus en criant " Non ne ferme pas la porte. " Trop tard elle était fermer et elle se trouver à ce moment même en face de la personne qu'elle avait évier pendant deux semaines. " T'est content maintenant on est bloqué dans ce placard ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ It's kind of fun to do the impossible.

ϟ inscription : 29/08/2011
ϟ hiboux : 76
MessageSujet: Re: Love the way you lie ♣ EMRYS   Dim 9 Oct - 15:56


« Non mais tu te prend pour quoi ? Ne fait pas l'innocent et ne te fait pas passer pour la victime dans l'histoire ! Tu a raison, je suis idiote, j'aurais jamais dû me dire que tu avait changer. Tout compte fait oublie ce que je viens de te dire : tu ne me manque pas du tout. Je te déteste. ». Sa voix ne cessait de revenir sans cesse dans ma tête. Cette caboche vide de sens. Je me rappelle l'avoir vu essuyer ses larmes rageusement, prendre les maigres compliments que je lui faisais pour des reproches. Elle m'avait blessé. Blessé dans mon orgueil, mon honneur, mon amour propre et dans l'espoir que j'avais de la retrouver. J'avais quitté les lieux sans un regard, je ne sais pas si elle a compris. Peut être une petite partie d'elle même à compris pourquoi j'étais partie sans rien ajouté. J'étais las, las d'être un jour si proche d'elle, que lui parler normalement devient facile, puis un autre jour, si éloigné que dire une parole agréable est un obstacle à la raison. Tout est si compliqué que j'ai préféré partir. Je ne suis même pas rentré aux dortoirs des préfets, préférant la chaleur morbide de celui des Serpentards. Je n'ai pourtant pas cessé de penser à elle, jour et nuit, je dois dire. Lamentable. J'ai donc passé tout mon temps dans les cours, les entrainements et les filles. Surtout les entrainements de Quidditch, je dois dire. Cogné dans un souaffle est assez … salvateur dans un sens. On vous dit souvent chez les moldus que pour cogner fort dans un ballon, il faut visualiser la personne que l'on déteste le plus. Là, ce n'était pas Briséis que je voyais. C'était moi. Moi, mes parents, mes frères. Tout ce qui m'avait mené, là où j'en étais. C'est à dire nulle part, au point mort. Donc, mes entrainements au Quidditch avaient bien payés – bien que je sois assez doué – car deux jours après notre douloureuse dispute, un match eu lieu. Tout le monde, nous destinés perdant. Mais malgré cela, notre volonté de fer, notre stratégie eu raison de nos adversaires. Nous avons gagné. Le match et la popularité. Je n'ai pas très bien compris. Même certains Gryffondors – dont ce crétins de James – se sont mis à me suivre, me trouvant 'cool' et 'sympa' tout à coup. Les filles … se fut pire que d'habitude. Une véritable marée humaine. Non pas que cela ne me déplaise. Pourtant, chaque fille invitée dans mon lit, devait dégager avant la fin de la nuit. Culpabilité, remords, regrets … Tout se mélanger dans ma tête, créant une sorte d'affreux cauchemars que je faisais éveillé. Car oui, toutes les filles, n'étaient jamais Briséis. Et ne lui arrivé pas à la cheville. De loin, je savais comment était devenue sa vie depuis notre victoire. Encore plus misérable. Ses soi-disant amis lui ont tourné le dos pour être les miens. - en même temps je lui avait dit d'en changer … -. Pathétique. Sans compter la semaine de corvée dont elle avait écopé pour s'être plainte auprès du directeur parce que j'organisais une fête dans nos appartements. Certes je ne l'avais pas consulté mais elle n'avait pas l'air encline à me parler. Bref, cela fait deux semaines, que je n'ai pas parlé à la blondinette.

Aujourd'hui, nous étions le vingt-quatre mars. Date banale selon vous. Pas pour moi. Du moins, cette date n'était pas anodine, il y a quelques années. L'anniversaire de Briséis. Je serais bien aller lui souhaiter, mais je pense que cela aurait empiré les choses. De toutes façons, il faut que je me résolve à vivre sans elle, c'est irrévocablement ainsi que ma vie va être vécue. Sans elle. Semble t-il. Je me promenais tranquillement dans les couloirs de Poudlard, lorsque des filles gloussant bruyamment se sont dirigées vers moi. J'ai alors décidé de partir très vite en direction de ma cachette favorite. Le placard à balais. Très original me direz-vous, mais bon c'est ainsi. A peine eus-je refermer la porte qu'une voix que je connaissais fort bien m'interpella. « Non ne ferme pas la porte ! », cria Briséis. « T'est content maintenant on est bloqué dans ce placard ! ». Je ne pus m'empêcher de sourire. Je connaissais bien la formule qui pouvait nous libérer. Mais voilà une belle occasion pour un tête à tête, je me garderais bien de lui dire dans ce cas. « Pourquoi ne pas être content ? Il semblerait que ton cadeau d'anniversaire soit arrivé, très chère. », souris-je narquoisement. Je croisais les bras en me plaquant dos contre le mur. La fixant. Elle allait surement piqué une colère monstre, mais lui parler après ces deux semaines … était assez éprouvant. « Alors comme ça, tu a toujours mon collier. », dis-je en essayant de ne pas avoir l'air trop surpris. Moi qui croyait qu'elle l'avait jeté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
HUFFLEPUFF ҩ Procrastination is hard work.

ϟ inscription : 07/08/2011
ϟ hiboux : 174
MessageSujet: Re: Love the way you lie ♣ EMRYS   Mar 11 Oct - 20:36

Emrys se trouvait en face de Briséis, adossé au mur la fixant du regard. Quelques mèches de cheveux masqué ses yeux bleu azur et elle pouvait remarquer que sa cravate était mise négligemment ce qui donner un côté " bad boy" dans le style du jeune homme. Il souriait. Comment il pouvait faire pour encore sourire après la dernière conversation qu'ils avaient eut. Son sourire l'assassinait à petit feu, c'était comme un poignard dans son coeur. La jeune fille était rester impassible contre le mur le regardant dans un regard vide d'émotion, elle ne savait pas tellement comment réagir, elle n'arrivait pas aussi bien à cacher ses sentiments comme Emrys. La voix du jeune homme retentit comme une mélodie dans ses oreilles, comme une mélodie dont on ne se lasse jamais « Pourquoi ne pas être content ? Il semblerait que ton cadeau d'anniversaire soit arrivé, très chère. » Briséis ne pus cacher sa surprise et ouvrit ses deux yeux comme des soucoupe. Il n'avait pas oublier, lui. Sa famille entière avait oublié, jusqu'au personne qui l'avait mis au monde mais lui n'avait pas oublié. C'était comme une sorte de rêve éveiller, elle se demandait comment il pouvait se souvenir de ce détail, elle qui lui avait balancer des horreurs et qui lui tenait tête, alors que toute l'école n'oser pas le contredire. Il fallait qu'elle est l'air naturel dans sa réponse, c'est pour cela qu'elle changeas de mine et afficha son visage monotone en souriant ironiquement " Vraiment ? Tu est sérieux ? Toi, pour mon anniversaire ? J'ai l'impression que la popularité t'est un peu trop monter à la tête."
Sa fameuse popularité était devenue quelque chose de difficile à supporter pour Briséis. Surtout quand elle avait entendus une certaine Judie Taylor - une Pouffsoufle que tout le monde connaissait pratiquement- qui se vantait d'avoir passer la nuit avec Emrys. Judie était une fille qui faisait éclatait ses galanteries à qui veux l'entendre et avoir était avec Emrys Wildmore était pour elle, d'un extase pur. Briséis se souvenait qu'elle était en cours quand Judie avait commençait à rire comme une idiote et à déverser un récit qui se voulait être la nuit la plus romantique au monde" mais qui en fait n'"tait rien d'autre qu'une de ces banale nuit. A ce moment précis Briséis aurait pus frapper Judie - même si la jeune blonde n'user à aucun moment de la violence- elle aurait pus l'étrangler sans remord particulier. D'ailleurs avant la fin du cour elle avait fait tomber son chaudron par " inadvertance". cela rajoutait une ennemie de plus dans la liste de la jeune blonde, car Judie savait pertinemment que ce qu'elle venait de faire n'était pas fait par hasard. Quelque jour après elle avait même recroisait Pamela ou Sam ou je ne sais qui. Toujours aussi superbe, toujours aussi belle et gracieuse et toujours en train d'affirmer qu'elle et Wildmore était " telleeeeement proche, qu'elle connaissait tout ses secrets". Elle était jalouse, c'était quelque chose qui se ressentait. Pourtant elle se refusait de penser cela, elle se le refuser car si elle le faisait elle devait accepter le fait qu'elle est des sentiments fort pour Emrys. Mais cela était plus fort d'elle, surtout quand elle entendait un certain nombre de pimbêche essayer d'être " la fille qui fera changer Emrys Wildmore". C'était tellement cliché, c'était dégoûtant. Elle ne comprenait pas ce genre de fille mais elle en avait peur aussi. Elle savait que même si elle n'était pas en bon terme avec Emrys au moins elle avait un lien avec lui et elle savait que si elle ne lui parlait plus, si il l'oubliait pour passer à autre chose la douleur serait mille fois pire que quand ils se lancent des répliques cinglante mutuellement. Pourquoi la vie n'était pas si simple qu'un fameux " Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants " ? Pour l'instant l'avenir de la jeune blonde s'annonçait sombre, elle se voyait déjà vielle fille avec ses 10 chats, travaillant dans un bar miteux car personne n'aurait voulus l'engager après l'affaire dont sa famille avait était le centre. Elle se voyait habitait dans un taudis alors qu'elle regarderait dans la Gazette du sorcier la photo de Emrys se mariant avec une certaine Sam, qu'ils seraient heureux, que se seraient l'évènement du siècle surtout pour l'héritier d'une si grande famille et elle se voyait enfin pleurer à chaude larme devant ces images piteuse. Pathétique non ? On pouvait même dire que c'était plus que pathétique mais la vie était ainsi et le destin ne voulait sûrement pas que la jeune blonde est son "Happy End"

« Alors comme ça, tu a toujours mon collier. » Un coup dans sa cage thoracique. Il n'aurait pas dûs le voir, pas ce jour, pas après ce qu'elle lui avait dis à leur dernière entretient. Elle comprenait que le collier était visible et s'empressa de le rentrée sous sa chemise en barbouillant le seule mensonge qu'elle pouvait bien dire " Je ... Tu ... Enfin je veux dire .... Tu te trompe ! Ce n'est absolument pas le collier que tu m'a offert, c'est ... un collier ... que James m'a offert, justement aujourd'hui pour mon anniversaire !" Son nez se trémoussait. Quelle affreuse menteuse elle faisait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ It's kind of fun to do the impossible.

ϟ inscription : 29/08/2011
ϟ hiboux : 76
MessageSujet: Re: Love the way you lie ♣ EMRYS   Dim 23 Oct - 18:47


Je crois que je ne l'avais jamais vu aussi surprise. En effet, elle semblait croire que j'avais oublié son anniversaire. Comment aurais-je pu oublier une date qui m'avait marquer pendant toutes ces années ? Même avec tous les efforts du monde, je n'aurais pas pu. Ses yeux s'agrandirent démesurément et devinrent des soucoupes. Je dû me retenir de rire, bien que la situation n'avait rien de comique. C'était la première fois que nous nous parlions depuis notre violente dispute. Je n'eus pas le temps de faire une réflexe qu'elle s'efforça de reprendre sa figure monotone habituelle. « Vraiment ? Tu est sérieux ? Toi, pour mon anniversaire ? J'ai l'impression que la popularité t'est un peu trop monter à la tête. », répondit-elle, en souriant avec une ironie presque insolente. C'était peut-être ce qu'elle ressentait lorsque je lui souriais avec arrogance, une envie irrépressible de la forcée à prendre le véritable visage de ses émotions. « Peut-être bien. Mais c'est déjà mieux que rien, tu l'avoueras volontiers, je pense. », répliquai-je avec sarcasme. J'avais l'impression d'avoir en face de moi, une Briséis encore plus fragile qu'auparavant, le visage plus éteint et fatigué que jamais. De plus, à cause de ladite popularité, au fur et à mesure des jours, il semblerait qu'elle s'ajoute davantage d'ennemis. Au départ, simplement parce que nous ne nous entendions pas et étions ennemis au yeux de tous. Maintenant, pour d'autres raisons, je ne sais plus trop lesquelles. Judie, avec qui j'avais eu le malheur de passer la nuit, et qui avait fait encore plus exploser la réputation de Don Juan, dont j'étais déjà affublé, m'avait rapporté que la blondinette l'avait malmené en cours de potions. Je ne voyais pas l'intérêt de cette rumeur, surtout me la dire à moi, n'avait aucun intérêt. Mis à part, pour ce faire plaindre peut être ! Bien évidemment, elle n'était pas la seule à vouloir « me changer » ou connaître les moindres de mes petits secrets … Bien évidemment, après avoir passer la nuit à mes côtés, elles se faisaient toutes éjectées aussi vite qu'elles étaient entrées dans ma vie … Je trouvais ces jeunes femmes pathétiques, bien que je l'ai invite dans mon lit. Peut être pour me consoler du fait, que je n'arriverais jamais à me réconcilier avec Briséis, ni même la serrer de nouveau dans mes bras, sentir son parfum, avoir le droit à un sourire … peut être gouter à ses lèvres. Il fallait vraiment que je me ressaisisse avant de me faire griller.

Malgré toutes les pensées qui envahissaient ma tête, je ne pus m'empêcher de remarquer qu'elle avait garder le collier que je lui avais offert lors de notre dernier noël. Ses yeux s'agrandirent encore, croyant sans doute qu'il était bien caché contre sa chemise et sa cage thoracique … Je ne pus m'empêcher de sourire lorsque je prononçais cette phrase. Sourire pour signifiais que j'étais content qu'elle l'ai garder et non pas par arrogance ou par provocation. « Je ... Tu ... Enfin je veux dire .... Tu te trompe ! Ce n'est absolument pas le collier que tu m'a offert, c'est ... un collier ... que James m'a offert, justement aujourd'hui pour mon anniversaire . », mentit-elle. Son nez se trémoussa, j'essayais de ne pas sourire démesurément devant son mensonge aussi gros qu'elle ! « Et tu crois que je vais croire ? Ne t'ai-je pas rappeler lors de notre dernière entrevue – bien que pénible – que je savais très bien lorsque tu mentais ? Tu sais, ton nez, genre comme dans 'ma sorcière bien-aimée'. », ripostais-je. « De plus, je suis sûr que ce crétin a complétement oublié ton anniversaire. », ajoutais-je. J'aurais même été capable de parié que ce James passait son temps à ignorer la blondinette, pour essayer d'attirer mon attention. Peine perdue, je ne peux pas le voir en peinture. C'en était ridicule toute cette frénésie autour de moi. Bien que j'aime capter l'attention sur moi, cette popularité en devenait étouffante. Avant je n'avais pas besoin de me cacher dans un stupide placard pour échapper à des groupies. Bien que ce placard m'ait conduit à une personne qui me manquait bien plus que dans la limite du supportable …Je m'approchais alors d'elle à pas lent, ignorant les gestes de reculs de la blondinette. Je m'emparais alors dudit collier, approchant mon visage du collier. Je le scrutais quelques instants avant de le relâcher. Il retomba contre sa poitrine. « Pas de doute, c'est bien celui que je t'ai offert. Je me souviens encore à quel point des yeux brillaient quand tu l'a aperçu dans le vitrine puis dans le coffret. », soupirais en repartant m'adosser contre le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
HUFFLEPUFF ҩ Procrastination is hard work.

ϟ inscription : 07/08/2011
ϟ hiboux : 174
MessageSujet: Re: Love the way you lie ♣ EMRYS   Jeu 27 Oct - 12:09



Le sarcasme faisait partie intégrante de la personnalité de Emrys. Avant elle rigolait du ton qu'il prenait , de la stature qu'il adopté c'était limite si elle n'essayait pas de le recopié. Maintenant c'était différent, leur relation était différente et eux même avait changer. « Peut-être bien. Mais c'est déjà mieux que rien, tu l'avoueras volontiers, je pense. » La réponse ne c'était pas fait attendre et il fallait avoué qu'il était fort, comme si il savait que personne n'avait pensé à son anniversaire, comme si il savait qu'elle n'avait rien reçus. Le simple fait qu'il l'a connaisse autant pouvait faire peur mais étonnement elle se sentait rassuré comme si il y avait encore cette proximité entre les deux jeune gens. En réalité elle savait pertinemment qu'ils seraient toujours proche et cela même si tout deux ne le voulaient pas. Il y avait quelque chose qu'elle n'avait pas dit à Emrys, d'ailleurs elle ne l'avait dit à personne, c'était une sorte de secret qu'elle avait garder en elle. Cela remonte à deux ans de cela, Emrys et elle était toujours en froid et ne se parlaient pas vraiment à part pour remettre l'autre à sa place - à peu prés comme maintenant-, Emrys avait fait une chute en Quidditch et c'était fracturé le tibia et avait était assez amoché par sa chute car il possédait des blessure assez grave. Il était rester pendant une semaine à l'infirmerie pour se faire soigner, certaine infirmière avait craint pour sa vie car une plais commencer à s'infecter. Briséis, elle, n'avait pas pû dormir pendant une semaine tellement elle était inquiète pour Emrys, mais elle ne laissait rien paraître. Elle était aller le voir un soir vérifiant que personne ne se trouverait à son chevet et qu'il soit bien endormie et se mit prés de lui pendant toute la nuit l'observant dans son sommeil profond. Elle avait peur, elle avait même extrêmement peur, elle se disait que si il mourrait, elle n'arriverait pas, elle, à vivre. Elle se souvient qu'elle avait poser ses main sur la sienne et c'était laisser aller à son chagrin en pleurant sur l'une des blessures qui se trouver sur son ventre et qui était l'une des plus graves. Elle avait poser sa tête sur son corps et avait pleurer comme elle n'avait jamais pleurer. Ses larmes avaient bientôt mouiller sa légère couverture et avaient et l'avaient travers pour finir sur sa plaie. Là elle assista à une sorte de miracle car quand elle relevas sa tête et qu'elle enleva le drap pour essayer d'essuyer les dégât commis elle pû s'apercevoir qu'il n'y avait plus de blessure. Elle avait dû regarder sans doute trente fois pour voir si elle n'était pas folle et une voix se fit entendre prés d'elle. C'était l'une des infirmière qui s'occupait de Emrys ( elle avait était réquisitionner par ses parents de Saint Mangouste étant l'une des meilleures infirmière que l'on puisse trouver). Elle avait assister à toute la scène et avait regardé Briséis d'un air complaisant, c'est alors que l'infirmière avait commençait à lui poser tout un tas de question concernant la relation qu'elle entretenait avec Emrys. Briséis encore sous le choc d'avoir vû qu'il n'y avait plus de blessure c'était laisser aller et avait répandue à toute les questions de l'infirmière. A la fin celle ci avait paru émerveiller et choquer prenant les main de briséis et lui disant d'un air sérieux et enjoué " Ma chére de toute ma carrière je n'ai jamais vu cela, ce que je vais vous dire semble complètement fou même impensable mais c'est la pure vérité. Je ne sais pas si vous connaissez le mythe des âmes soeur ? Sans doute pour certain des histoires de bonne femmes ou même des récits de fou et bien sachez que cela existe. C'est rare même extrêmement rare de trouver son âme soeur et la dernière fois qu'une personne l'a retrouvé c'était vers la fin du 19 ème siècle. Ce que vous venait de faire à cette instant jeune fille, personne ne peut le faire à part si l'on retrouve son âme soeur, vos larmes on guérit sa plaie par la puissance du lien qui vous unie." Au début Briséis avait crû assister à une blague de mauvais goût, par la suite voyant que la femme était de plus en plus sérieuse elle était rester silencieuse et n'avait sû que dire. Emrys avait commencer à émettre des bruits qui indiquait qu'il commençait à se réveiller et Briséis n'avait pas envie qu'il sache qu'elle avait passé une bonne partie de la nuit à ses côté. Devant la porte de l'infirmerie Brisiés avait supplier la femme de ne rien dire et surtout pas à Emrys, l'infirmière avait était très surprise ne comprenant pas et lui avait dit que c'était égoïste de sa part de ne pas vouloir l'informer mais à la fin elle avait accepter de garder le silence. Les jours qui avait suivis elle c'était renseigner sur ce phénomène et avait découvert qu'une sorte de lien magique les unissait, ils ne pouvaient rester loin l'un de l'autre si ils se retrouvaient et ne pouvait réellement se détester. Elle avait trouver tout un tas d'information mais n'avait préférée ne rien dire à Emrys, déjà car il la prendrait pour une pur folle et surtout car elle n'était pas prête.
« Et tu crois que je vais croire ? Ne t'ai-je pas rappeler lors de notre dernière entrevue – bien que pénible – que je savais très bien lorsque tu mentais ? Tu sais, ton nez, genre comme dans 'ma sorcière bien-aimée'. » Elle détestait réellement le tic qu'elle avait et se maudissait de ne pas savoir lui mentir; il n'avait même pas besoin de Véritacérum pour se rendre compte de son mensonge. « De plus, je suis sûr que ce crétin a complètement oublié ton anniversaire. » 1 point pour Emrys 0 pour Briséis. Effectivement James était devenue le pire crétin qu'elle est pû rencontrer, il avait des envies de popularité qui dépassait la limite du réel. Elle ne le comprenait plus et avait arrêter de se parler lorsque celui ci lui avait un discours du genre " Je suis désolé mais tu nuis à ma réputation" comme si il avait une réputation ! Emrys avait commencer à s'approcher dangereusement de Briséis avec sa démarche de félin. Briséis ne sachant que faire avait reculer considérablement jusqu'à être plaquer sur le mur, il venait de prendre le collier et était en train de le scrutait, la respiration de la jeune fille était saccadé et l'idée de cette proximité ne lui plaisait guère surtout quand elle se rappelait des livres qu'elle avait lu sur les âmes soeur. Après l'avoir lâcher, le collier tomba sur sa poitrine et Emrys lâcha « Pas de doute, c'est bien celui que je t'ai offert. Je me souviens encore à quel point des yeux brillaient quand tu l'a aperçu dans le vitrine puis dans le coffret. » Il se souvenait alors, de tout. Absolument tout et Briséis elle était rester muette. Elle n'avait pas parler depuis le début et sortit de sa torpeur en essayant de changer de sujet et lui dit " Bon écoute, c'est pas tout mais moi j'aimerais vraiment passer le rester de mon anniversaire dans un endroit plus ... commode. Puis je pense que tu voudrait peut être rejoindre tes copines. Je pense qu'à deux on arrivera sans doute à défoncer la porte. " C'était une idée stupide d'autant plus que la porte était magique et Briséis n'avait pas une force colossal. Elle décida de commencer seule en se ruant sur la porte mais bien sure elle ne se faisait plus de mal à elle qu'elle n'en faisait à la porte et son côté maladroit se manifesta car elle trébucha et se retrouva par terre avec en plus une douleur à la cheville. Elle devait sûrement s'être fouler la cheville, elle esseya cependant de se lever mais échouant et laissa échapper un cri de douleur de sa bouche. " Écoute Emrys je n'arrive pas à croire que je vais dire ça mais ... j'ai besoin de ton aide. Je sais pertinemment que tu connais le sort pour effacer la douleur alors s'il te plait au nom de notre ancienne amitié , aide moi, je ferait tout ce que tu veux !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Love the way you lie ♣ EMRYS   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love the way you lie ♣ EMRYS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» http://www.love-makeup.co.uk/ vous connaissez?
» I Love N......Y !
» Craquage nouvelle collection Love Lace et Warm and Cozy
» Love Lace Collection
» All you need is LOVE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La renommée est une amie bien peu fidèle. :: REZ-DE-CHAUSSÉE :: Le Placard à balais-
Sauter vers: