AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR AMORTENCIA Invité ! ҩ La deuxième intrigue va bientôt arriver! ҩ Veuillez privilégier les maisons POUFSOUFFLE et GRYFFONDOR!!! Si possible et si cela n'est pas nécessaire, évitez les maisons Serpentard et Serdaigle ainsi que le statut de "sang pur"

Partagez | 
 

 Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit. [Rosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ϟ inscription : 03/09/2011
ϟ hiboux : 93
MessageSujet: Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit. [Rosa]   Dim 11 Sep - 20:27


Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit.


A l’exception de pas mal de gens, Izzie s’était levée de bonne heure. En effet, personne n’avait cours aujourd’hui et, en règle générale, les élèves en profitaient donc pour dormir le plus tard possible. Prenant soin de marcher sur la pointe des pieds afin de ne réveiller personne, elle descendit doucement les marches du dortoir jusqu’à arriver dans la salle commune. Cette pièce était vide à l’exception d’une blonde qu’Izzie connaissait bien. Lui souriant légèrement, elle se dirigea vers elle sans hésiter. En effet, les deux jeunes femmes s’étaient données rendez-vous la veille au soir afin de passer un peu de temps ensemble. « Alors Rosa, prête pour aller visiter pré-au-lard ? » demanda-t-elle le sourire aux lèvres. Rosalynn était en réalité une de ses plus vieilles amies. En effet, les deux jeunes femmes s’étaient rencontrées dans le poudlard express. Izzie, qui était très stressée, n’avait cessé de parler et, finalement, elles avaient découvert qu’elles avaient de nombreux points communs. Alors qu’elles pensaient ne plus jamais se revoir, le choixpeau en décida autrement en les mettant dans la même maison. A partir de ce jour, Rosalynn était devenue une sorte de repère pour Izzie. Véritablement inséparables, elles passaient absolument tout leur temps ensemble n’hésitant pas à se voir pendant les vacances lorsqu’elles retournaient en Irlande. Malheureusement, les choses ne restent pas éternellement les mêmes et, malgré qu’aucune dispute ne soit venue entacher leur amitié, elles se perdirent légèrement de vue. Chacune avait un cercle d’amis bien différent. Cependant, parfois, elles quittaient ce cercle d’amis afin de faire quelques escapades dans pré-au-lard et, aujourd’hui, était l’un de ces jours. Izzie savait parfaitement que l’accès à pré-au-lard était interdit dans le règlement de l’école mais ce n’était pas vraiment le genre de choses qui l’arrêtait. Dès sa première année, elle avait découvert le passage secret derrière la sorcière borgne du troisième étage. En vérité, le bouche à oreille était tellement efficace qu’elle se demandait parfois si les professeurs n’étaient pas au courant. Quoiqu’il en soit, cette visite était théoriquement interdite ce qui rendait le tout beaucoup plus intéressant.

Faisant signe à Rosalynn de la suivre, elle sortit prudemment de la salle commune des serdaigle afin de descendre vers le troisième étage. Elles ne croisèrent personne sur leur chemin ce qui ne voulait pas pour autant dire que personne n’avait eu la même idée qu’elles. Tout le monde arrivait à se faire très discret lorsque le jeu en valait la chandelle. Après avoir regardé de part et d’autre du couloir, elle s’engouffra derrière la statue et se retrouva dans le tunnel qui mène à pré-au-lard. Izzie ne put pas résister à l’envie d’afficher un sourire victorieux. « Décidément, c’est vraiment de plus en plus facile de s’échapper de cette école » Maintenant qu’elles étaient dans le tunnel, elles pouvaient parler à leur aise car, théoriquement, aucun professeur ne pouvait les entendre. Tout à coup, le ventre d’Izzie se mit à gargouiller bruyamment ce qui lui décrocha un petit sourire. « Arf, j’aurais dû aller chercher quelque chose à manger dans la grande salle avant de partir » dit-elle avant de hausser les épaules. « Roh, puis, de toute façon, on s’en fiche, on mangera à pré-au-lard » La brunette était aussi excitée qu’une première année à l’idée d’aller à pré-au-lard. Certes, elle adorait cette école mais, parfois, le fait de ne pas pouvoir se balader où et quand elle le voulait lui pesait lourdement. Étant donné que les deux jeunes femmes n’avaient pas eu l’occasion de parler en tête à tête depuis assez longtemps, elle décida de prendre de ses nouvelles. « Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu racontes de nouveau depuis la dernière fois ? » demanda-t-elle en affichant son air curieux. La curiosité était, en effet, un des plus vilains défauts de la demoiselle mais, avec Rosa, elle ne prenait pas la peine de faire semblant ou de le cacher. Le point positif est qu’elle pouvait être complètement elle-même. La serdaigle continua à marcher tout en attendant impatiemment les nouvelles que sa meilleure amie allait lui raconter. La journée s’annonçait plutôt bien à condition que rien ne vienne gâcher leurs plans. En effet, à Poudlard, on est jamais vraiment à l’abri d’une mauvaise surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 10/08/2011
ϟ hiboux : 1411
MessageSujet: Re: Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit. [Rosa]   Lun 12 Sep - 23:38


La véritable amitié, c'est comme la santé, tu n'en connais la valeur que lorsque tu l'as perdue


Dormir ... Un mot à la prononciation bien étrange et avec une définition qui l'était tout autant. Du moins, prononcer par moi, ce mot semblait perdre tout sens et n'était plus utile. Dormir, j'en rêvais, mais pour rêver, peut-être aurait-il fallu que je me laisse enfin bercer dans les doux bras de Morphée. Ce n'était pas l'envie qui manquait, non, ce n'était pas ça, pas du tout ... Je n'y arrivais pas, tout simplement. Sombrer dans l'inconscience du sommeil réparateur, normalement utile pour rester en santé et sain d'esprit, m'étais tout simplement devenu impossible. Le sommeil me glissait entre les doigts ... Insomnie, douce insomnie. Je n'avais pas toujours été insomniaque, loin de là, en fait, je n'avais jamais éprouvé la moindre difficulté à trouver le sommeil jusqu'à ce que ces affreux médecins m'opèrent ... Jusqu'à ce qu'Héloïse se pointe. Réussir à m'endormir avec les visions qu'elle avait tant de plaisir à me souffler s'avérer probablement mission impossible. D'ailleurs, valait mieux ne pas tenter le coup ... J'avais peine à ne pas faire de cauchemars éveillé grâce à elle, alors vulnérable comme je le serais normalement dans mon sommeil ... Enfin, je préférerais, ne pas y penser. Un bruit sourd en direction des dortoirs me fit lever la tête. Izzie à n'en pas douter, mais un coup d'oeil en direction de l'horloge fixer au mur du fond confirma mon hypothèse de départ. À cette heure matinale, personne, à part moi - et maintenant Isidora - n'était déjà debout ... Il était tôt, trop tôt même et la majorité des gens, dit normaux, ne se levait pas à une heure pareille ... À quoi cela servait-il ? Soupirant légèrement, je souris à la jolie brunette qui venait tout juste de se pointer. Elle semblait bien réveiller pour une fille qui venait à peine de se lever et cela me parut presque irréel. Au moins, elle semblait heureuse de notre petite sortie en cachette. C'était déjà ça, non ? D'ailleurs, plus j'y pensais, plus j'avais de la difficulté à me cerner moi-même ... C'était fou à quel point j'avais tendance à enfreindre les règles ces derniers temps ... Un subit besoin d'aventure ? Peu probable, mais sait-on jamais. « Alors, Rosa, prête pour aller visiter pré-au-lard ? » Prenant appuie sur les bras du fauteuil dans lequel j'étais installé depuis quelques heures, je pris rapidement ma veste, non loin de moi, avant de l'enfiler rapidement. « Oui, je suis fin prête ! Tu vois ... J'étais tellement impatiente que je suis debout depuis déjà plusieurs heures. » Après un moment de silence, je me mis à rire avant de poser mes mains rapidement contre ma bouche pour ne pas faire plus de bruits que nécessaire ... Certains étaient vraiment irritables lorsque réveillé de bonheur par quelqu'un d'autres. Je pris le bras d'Izzie avant, de la trainer hors de la salle commune.

Le silence était de mise maintenant. Je ne tenais pas le moins, du monde me faire prendre par un professeur ou quiconque qui risquait de me donner une sanction. Les retenues, je détestais à un tel point ... S'en était effrayant. Bref, je préférais éviter de me faire prendre et Isidora était surement du même avis que moi. Silencieuse comme des fantômes - enfin, hormis les fantômes un peu trop bavard - nous finîmes par atteindre le passage secret, enfin pas si secret que ça, qui menait à pré-au-lard. Une fois à l'intérieur du tunnel miss O'connell repris la parole avec un énorme sourire collé au visage. « Décidément, c'est vraiment de plus en plus facile de s'échapper de cette école » Je me mis à sourire à mon tour, ne sachant pas quoi ajouter après une telle affirmation. Elle avait bel et bien raison, mais je ne savais pas quoi ajouter ... Les profs faisaient-ils la grâce matinée ? J'en doutais, mais qui sais ... « Arf, j'aurais dû aller chercher quelque chose à manger dans la grande salle avant de partir » Sans me laisser le temps de répondre, elle ajouta : « Roh, puis, de toute façon, on s'en fiche, on mangera à pré-au-lard » Jetant un oeil à mon ventre, je réalisais, que j'avais moi aussi, tout aussi faim que mon amie. Je me mis à rire toute seule, comme ça, sans raison avant de me tourner vers Isidora pour lui répondre. «Ahhh, non ... Chut ! N'ajoute rien et arrête de parler de nourriture. Tu me donnes faim ... Je vais finir par baver devant un simple croissant si tu parles encore de nourriture. » Un léger sourire pris place sur mon visage, alors qu'on pénétrait finalement dans pré-au-lard. Le soleil brillait et nul doute ne faisait qu'aucun nuage ne viendrait gâcher tout ça. J'avais en tête de passer toute la journée hors de Poudlard avec Izzie, mais je ne pouvais pas prévoir l'avenir, qui sais ce qui pouvait arriver. Nous ne nous étions pas parlé depuis un bon moment, mais je ne doutais pas un seul instant que rien n'avait vraiment changé entre nous. « Alors, dis-moi, qu'est-ce que tu racontes de nouveau depuis la dernière fois ? » Ce que je racontais ? ... Rien de franchement intéressant, mais bon. « Ce que je raconte ? Franchement rien ... Insomnie, insomnie quand tu nous tiens et avec mes visions ... c'est franchement pas la joie je dois avouer ... Sinon, je ... Non, 'fin, c'est pas important et toi ? » ... Lui avais-je parler d'Arya ou même d'Héloïse, j'avais de la difficulté à m'en souvenir.

_________________

« On essaie de se dire que la réalité vaut mieux que le rêve. On se persuade qu’il vaut mieux ne pas rêver du tout. Les plus solides d’entre nous, les déterminés s’accrochent à leurs rêves. Un jour on se réveille, et contre toute attente, l’espoir renaît, et avec un peu de chance on se rend compte, en affrontant les événements, en affrontant la vie, que le véritable rêve, c’est d’être encore capable de rêver. » Grey’s Anatomy.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ inscription : 03/09/2011
ϟ hiboux : 93
MessageSujet: Re: Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit. [Rosa]   Mer 14 Sep - 8:31


Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit.


Apparemment, Rosa était levée depuis pas mal de temps, du moins, c’est ce qu’elle annonça à Izzie dans la salle commune. Maintenant qu’elles étaient toujours dans le souterrain qui menait à pré-au-lard, elle eut tout le loisir d’y penser. Ainsi, elle ne trouvait toujours pas le sommeil à cause de ses cauchemars ? La brunette remercia intérieurement le ciel de lui avoir donné une vie antérieure aussi peu ennuyante. Lorsqu’elle parlait de nourriture, Rosa avait toujours la même réaction et, aujourd’hui comme n’importe quel autre jour, ne faisait pas exception à la règle. «Ahhh, non ... Chut ! N'ajoute rien et arrête de parler de nourriture. Tu me donnes faim ... Je vais finir par baver devant un simple croissant si tu parles encore de nourriture. » Izzie se contenta d’éclater de rire. « Tu ne changeras jamais ! De toute façon, je compte passer à Honeydukes pour me refaire des provisions, tu auras tout le loisir de baver » dit-elle avec un clin d’œil. Lorsque les deux jeunes femmes sortirent du tunnel et foulèrent le sol de pré-au-lard, la petite serdaigle eut le bonheur immense de remarquer que la journée s’annoncerait ensoleillée. Tant mieux ! Izzie détestait être mouillée. Même si elle connaissait des tas de sorts qui pouvaient la sécher en un tour de main, elle n’en connaissait aucun qui pouvait la protéger entièrement de la pluie. Oh bien sûr, elle aurait pu emmener un parapluie mais, bizarrement, c’était un accessoire très peu utilisé chez les sorciers. De plus, même avec un tel gadget, Izzie était toujours trempée comme une soupe. Il ne fallait pas chercher à comprendre sa maladresse légendaire. Prenant donc la direction de la confiserie des sorciers, elle entendit Rosalynn lui dire ce qui s’était passé de neuf depuis leur dernier moment ensemble. « Ce que je raconte ? Franchement rien ... Insomnie, insomnie quand tu nous tiens et avec mes visions ... c'est franchement pas la joie je dois avouer ... Sinon, je ... Non, 'fin, c'est pas important et toi ? » Izzie haussa un sourcil. Est-ce que sa meilleure amie était entrain de lui cacher quelque chose ? Pourquoi avait-elle interrompu sa phrase ? La regardant d’un air suspicieux tout en marchant, elle faillit se retrouver face contre terre à cause d’une branche qui dépassait du sol. Se contentant de tituber, elle fit rapidement comme si de rien n’était. « Si, bien sûr que c’est important ! C’est encore à cause d’Héloïse ? Tu veux m’en parler ? » demanda-t-elle avec un petit sourire. S’il était vrai qu’Izzie détestait écouter les histoires des autres, il y avait deux exceptions à cette règle : Rosalynn et Téonard, ses deux meilleurs amis. Avec eux, elle se découvrait une oreille attentive et compréhensive.

Izzie continua à marcher en direction de la confiserie avant de se rappeler que Rosa lui avait retourné la question. « Oh, rien de spécial non plus. Je vais enfin me décider à aller parler à ma très chère demi-sœur » dit-elle d’un ton ironique. En effet, Téonard avait réussi à la convaincre de le faire avant de mettre une vengeance en place. Elle était persuadée qu’une rencontre avec la princesse des serpentards ne donnerait rien de constructif mais elle se devait de lui donner une chance. Izzie haussa les épaules et se retourna vers Rosa pour lui faire comprendre que les problèmes de son amie étaient plus importants que les siens. La brunette ne prononça plus un seul mot et entra chez Honeydukes. Comme d’habitude, le magasin était orné de milliers de bonbons de toutes les couleurs. Le choix s’avérait toujours cornélien. De plus, Izzie était persuadée que, même si elle goûtait un bonbon différent chaque jour, il lui faudrait au moins dix ans pour tous les tester au moins une fois. La sorcière sourit au gérant qui était devenu un ami au fil du temps. En effet, il ne la dénonçait jamais étant donné qu’elle était toujours fourrée dans son magasin. Après avoir arpenté les rayons, elle se remplit un sac de confiseries diverses dont elle ne connaissait même pas le nom. Elle se rendit à la caisse et donna deux galions au gérant. Même si, à chaque fois, elle se promettait de réduire ses dépenses, elle n’y arrivait jamais. C’était d’ailleurs sans doute pour ça qu’il ne la dénonçait pas. Izzie se retourna vers son amie afin de voir si elle achetait quelque chose ou non. De toute manière, si ce n’était pas le cas, elle partagerait. Elle déposa dans sa bouche un bonbon au caramel et le suçota en attendant son amie qui finit par sortir. Elle lui tendit automatiquement son paquet et lui en proposa un. « Qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? » lui demanda-t-elle tout en regardant la cabane hurlante. C’était sans doute le seul endroit où elle n’avait jamais mis les pieds même si elle mourrait d’envie de le faire. Elle se demanda intérieurement si Rosalynn serait partante pour cette aventure ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit. [Rosa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au fond, il n'y a pas d'amis, il n'y a que des complices. Et quand la complicité cesse, l'amitié s'évanouit. [Rosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MAC Marylin Monroe
» Fond de teint Select vs. Studio fix fluide
» Le Fond de teint Revlon HD photoready
» Application du fond de teint
» La prime à la casse: le gaspillage à fond la caisse
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Que la magie soit. :: PRE-AU-LARD-
Sauter vers: