AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR AMORTENCIA Invité ! ҩ La deuxième intrigue va bientôt arriver! ҩ Veuillez privilégier les maisons POUFSOUFFLE et GRYFFONDOR!!! Si possible et si cela n'est pas nécessaire, évitez les maisons Serpentard et Serdaigle ainsi que le statut de "sang pur"

Partagez | 
 

 Le hasard fait bien les choses (ou pas) ♣ PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
HUFFLEPUFF ҩ Procrastination is hard work.

ϟ inscription : 07/08/2011
ϟ hiboux : 174
MessageSujet: Le hasard fait bien les choses (ou pas) ♣ PV   Mer 31 Aoû - 17:29





" DIRTY LITTLE SECRET HONEY "



La journée ne s'annonçait pas bien pour Briséis. En fait elle avait commencé de façon exécrable et cela semblait normal qu'elle en finisse de même. Briséis avait passait sa matinée à faire diverse tâche concernant son poste de préfet de Pouffsoufle, elle se rendait compte que cela était plus dur qu'il n'y paraissait, déjà car il fallait sermonner de jeune adolescent pré-pubére en poussée d'hormone vertigineuse qui se trouvait en première année et il fallait avouer que c'était loin d'être une partie de rigolade. Et surtout car elle se retrouvait dans certain élève et les bêtises qu'ils pouvaient faire, comment remettre à sa place de jeune gens qui reproduise les mêmes actes que vous quelques années en arrière ? Surtout que Briséis était loin d'avoir vraiment grandit dans sa tête. Elle ne savait pas vraiment comment elle avait fait pour avoir ce poste, elle était sérieuse en cours, mais il était vrai qu'elle n'était pas la moins blâmable, surtout quand on connaît ce que Briséis avait fait dans l'enceinte de l'école. Peut être qu'au final on l'avait mis en tant que Préfet par pitié ? Depuis le scandale de sa famille elle avait à faire à deux réactions des gens : sois des regards moqueur et hautain sois au contraire des regard compatissant et emplie de pitié que cela en devant dégoûtant. Elle ne supportait pas la pitié, c'était sa hantise, elle préférait autant qu'on l'insulte plutôt que de faire semblant d'être compatissant pour elle. Surtout avec l'été de misère qu'elle avait passer à travailler dans un job d'été, en tant que serveuse dans un restaurant miteux, avec la moitié de la clientèle totalement stone les trois quart du temps. Cela faisait une semaine qu'elle avait pris sesfonctions et s'habitué au nouvel emploie du temps et à son nouveau poste était des plus ardue.
Briséis passa le reste de sa journée dans sa chambre en train de cataloguer son armoire avec la masse de vêtements qu'il pouvait y avoir, elle se demandait encore comment elle avait fait pour tout rester dedans. Même si elle venait à peine d'arriver, son armoire était dans un état des plus déplorable, certain vêtements étaient en boule, des pulls se trouvaient dans la pille des pantalon : bref un vrai dépotoir. Elle savait que si sa mère était là elle aurait était du genre " Tu me déçoit tellement ma chérie, je ne t'ai pas élever comme ça " et nia nia nia. Elle entendait tellement ces jérémiades qu'elle en était devenue habitué. Des genres de propos l'accusant d'être trop joyeuse, d'être trop active, d'être trop curieuse. Elle n'en pouvait plus et était heureuse d'enfin pouvoir retrouver Poudlard avec tout ses bonheur mais aussi tout ses malheurs. Au moment ou elle ranger ses affaires elle se disait que heureusement pour elle, la magie existait, elle ne comprenait pas comment les moldues pouvaient bien faire pour arranger leur affaires sans magie, cela semblait dément non ? Cette tâche -aussi facile sois elle- terminé, elle décida de se récompenser en allant manger un bout dans les cuisines, à vraie dire elle ne savait pas si elle avait le droit ou non, mais elle se faisait toute petite à chaque fois qu'elle y allait pour mangeait des mets délicieux. Elle savait exactement ce qu'elle voulait prendre et ou le chercher : le chocolat glacé se trouvait dans l'armoire de droite en haut. Un elfe de maison nommée Boobie apprécié pas mal Briséis et il en laissait toujours en réserve pour la demoiselle. C'est alors qu'avec sa tablette de chocolat, les cheveux remonter en un chignon brouillon et sa tenue d'élève qu'elle se mit à marcher dans les couloirs sans but précis. Cela pouvait paraître clicher non : une petite blonde mal coiffer, le visage déconfis et une tablette de chocolat en bouche, cela fessait assez "fille désespéré de la vie qui rode dans les couloirs pour trouver un sens à sa vie". Et là, à ce moment précis elle se maudit de toute son âme, elle savait qu'elle n'aurait pas du descendre. Czarina Alinovtich était au fond du couloir, seule. Czarina était devenue depuis mardi dernier le cauchemar de sa vie. Ne vous fiez pas à ce petit minois angélique, qui cache un serpent des plus dangereux. Ne croyez pas qu'elle est une manipulatrice, peste, méchante, machiavélique Serpentarde. En vérité elle est pire. Quelque jour auparavant Briséis était dans la bibliothèque elle avait laisser tomber par inadvertance son journal intime, grave erreur pour elle. Elle aurait aimait que n'importe qui le trouve sauf elle. Elle se souvient encore du jour ou elle l'avait découvert. Elle était en train de manger dans la Grande salle qui était relativement vide, quand elle entendit derrière elle des morceaux de phrases qu'elle avait écrite dans son journal, rien de bien croustillant, mais elle savait à ce moment que c'était Czarina qui l'avait. Bien évidemment elle avait absolument tout lu. Comme en plus la jeune blonde ne se contentait pas de juste écrire ses états d'âme mais retranscrivait absolument tout ses secrets, elle savait qu'elle allait payer pour son étourderie. Czarina depuis, lui faisait du chantage, cela allait de diverse chose : des choses les plus basique aux choses les plus ardue. Bien évidemment celle ci ne lui avait pas rendue son journal, c'était sa garantie que si elle divulguer un de ses secrets, la preuve en serait écrite par la principale concerné. Encore si cela était de vulgaire secret d'adolescente, ça irait, mais ce journal contenait certaine chose qui pouvait la faire virer de cette école, qui était l'une des choses qui comptait le plus pour elle. Elle aurait aimé faire demie tour et faire comme si elle ne l'avait pas vu. Trop tard, la jeune femme se dirigeait d'un pas déterminé vers elle, c'est cheveux ondulé comme des serpents la virevoltaient de façon menaçante sur ses épaules, un sourire malicieux dessinait sur les lèvres. Un jour elle avait eu la malchance de faire comme si elle ne l'avait pas vu, le lendemain c'était limite si elle n'allait pas balancer tous ses sentiments à Emrys. Briséis arborer le sourire le plus hypocrite qu'elle avait en stocke, faisant mine d'être ravie de voir la jeune brune.


Briséis « Tient Czarina, comment ça va depuis la derniére fois ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ I swear I'm sweating like a sinner in church.

ϟ inscription : 08/08/2011
ϟ hiboux : 917
MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (ou pas) ♣ PV   Sam 3 Sep - 13:43


i'm a motherfucking princess
czarina & briséis ; couloirs du rez-de-chaussée ; un samedi de la mi-septembre


 « T’es vraiment pitoyable… Et on appelle ça une sang-pur ?! Tu devrais avoir honte ! Maintenant, déguerpi de ma vue ! Cette fille était tout simplement une honte ! Comment pouvait-elle s’amouracher d’un gryffondor, et traitre à son sang en plus ?! Cette fille venait de me gâcher cette journée parfaitement bien débutée. Oui, je l’avais trouvée dans les bras de ce traitre, à se murmurer des mots doux. Rien qu’à la vue, j’avais envie de vomir tout mon petit déjeuné. D’un coup, je secouais ma tête, essayant de chasser ces images ignobles qui revenaient. Heureusement que les garçons n’avaient pas vu ce joli petit spectacle sinon, je ne paierais pas cher de la peau et de la réputation de cette petite traitresse. Néanmoins, je n’allais pas la laisser filer comme ça, oh non. Elle allait voir ce que les filles dans son genre allait recevoir comme punition. Doucement je ricanais. Rien que d’y penser me procurait un plaisir malsain. Finalement, la journée n’était peut-être pas si mauvaise ? D’ailleurs, faudra que je fasse part de mes plans à Hunter. Cette fille, je l’adorais. Elle était ma partenaire en crime malgré son jeune âge. Parfois, elle m’effrayait presque. C’est qu’elle est encore plus sadique que je ne le suis ! Mais c’est sans doute pour ça qu’elle a tout mon respect et mon amitié, et j’étais sans doute l’une des rares à pouvoir la supporter. Cette fille était vraiment une perle chez les verts et argent. Enfin bref.
 
Mes talons claquaient dans les sous-sols tandis que je me dirigeais vers le rez-de-chaussée. Je n’avais pas grand-chose à faire en cette journée de samedi. Les garçons s’amusaient de leur côté à… A quoi d’ailleurs ? Je n’en savais rien, je les avais quitté juste après mon repas pour une petite visite à la bibliothèque où j’avais visité la réserve grâce à un mot du professeur Blackheart. Cet alcoolique de prof pouvait vraiment servir parfois. Oh bien sûr, il était sympathique mais à part me soutirer sans arrête des cargaisons de vodka gratuite, je ne voyais pas vraiment à quoi il servait. Et puis, ce n’était pas comme si les Défenses contre les Forces du Mal étaient ma matière préférée… Mais au moins, maintenant, j’avais doit à quelques avantages par rapport aux autres élèves. Ainsi donc, j’avais passé toute ma matinée enfermée dans la réserve à la recherche de quelques livres bien intéressants. J’en avais trouvé plusieurs sur la magie noire et je n’ai pas hésité à les glisser en toute discrétion dans mon sac. Je savais très bien que c’était interdit mais ce n’était pas comme si la bibliothécaire vérifiait tous les livres tous les jours. Et puis, même si c’est le cas, j’arriverais toujours à m’en sortir.
 
Ainsi donc, je parcourais les couloirs de rez-de-chaussée à la recherche de… de quoi en fait ? De distraction… Ce n’était pas que je m’ennuyais mais c’était tout comme. Et je détestais ça, l’ennui. J’aurais même été contente si Timoclès apparaissant juste devant moi, maintenant, tout de suite ! Au moins, lui il me distraira en nous disputant… Quoique… Non, il risquerait de me laisser mourir à petit feu avec toutes ses remarques désobligeantes. Et les petits qui fuyaient à ma vue… Je ne pouvais vraiment rien faire et c’était tout simplement horrible. Pollux… Ulysse… Venez me voir !!! Je m’ennuie !!!! Et… Oh !!! Chevelure blonde, sourire niais… Ma petite pouffy adorée ! Tout de suite, j’arborais un sourire mesquin tandis qu’elle essayait de s’enfuir. Trop tard chérie, je t’ai vue. Et tel un loup qui se dirigeait vers sa proie, je me mouvais tranquillement mais confiante vers la petite brebis égarée. Finalement, j’ai trouvé mon jouet de la journée, j’ai nommé Briséis. Elle était mon petit sous-fifre préféré. Oui oui, vous avez bien entendu, elle était mon elfe de maison personnel. Tout ce que je lui ordonnais, elle le faisait sans rechigner. Que voulez-vous, elle m’aime trop… En réalité, notre relation était basée sur des menaces et la peur. Quelques jours auparavant, j’avais découvert son journal intime dans un coin de la bibliothèque. Bien entendu, j’y ai jeté un coup d’œil et quel ne fut ma joie quand je découvrais tous les petits secrets que cachait cette petite poufsouffle. Ainsi donc, j’appris qu’elle vouait une admiration sans borne pour un de nos petits serpents. Bien entendu, il n’était pas au courant. Ne croyez pas que je lui ai rendu son petit livret. Oh non, je le gardais bien soin dans un lieu que personne ne risquerait de trouver. Et entretemps, elle m’obéissait au doigt et à l’œil. Elle sait que je n’hésiterais pas à tout révéler si elle faisait le moindre faux pas. D’ailleurs, le petit serpent en question a failli avoir entendu parler d’elle. Mais malheureusement pour lui et heureusement pour elle, il n’en fut rien.
 
« Tient Czarina, comment ça va depuis la dernière fois ? »  « Epargne-moi tes fausses politesses s’il te plait, ça me donne envie de vomir… » Charmant n’est-ce-pas ? Mais je ne faisais que dire la pure et simple vérité. Cette voix toute mielleuse avait juste le don de m’horripiler. D’un geste de la main, je rejetais une mèche de cheveux dans mon dos. Mon petit sourire mesquin s’agrandit tout de suite.  « Dis-moi Briséis, que fais-tu maintenant ? » Oh non, je ne lui donnais pas rendez-vous, pas vraiment en fait. Non, j’avais juste besoin d’elle pour m’aider à ennuyer un certain jeune homme de ma maison. Qui ? Vous le saurez très bientôt et je sentais qu’il n’allait pas du tout apprécier, ce qui me fit sourire encore plus. Je voulais m’amuser et cette petite poufsouffle allait m’aider. Je savais qu’elle était libre et puis, si ce n’était pas le cas… Et bien, elle ferait en sorte de se libérer pour mes beaux yeux. De toute façon, ce n’était pas comme si elle avait le choix alors… Autant obéir sagement avant que je ne m’énerve et je vous assure qu’il vaut mieux ne pas me mettre en rogne… Elle ne voudrait pas qu’il lui arrive malheur, n’est-ce pas ?


_________________

    evgeniia czarina ♔ touch me touch me baby but don't mess up my hair love me love me crazy but don't get too attached this is a brink affair vanity it's so good to be popular and glamorous we love ourselves and no one else. SLYTHERIN'S PRINCESS.

    TEAM SERPENTARD × parce que le Basilic bouffe le blaireau, déplume l'aigle et broie le lion.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
HUFFLEPUFF ҩ Procrastination is hard work.

ϟ inscription : 07/08/2011
ϟ hiboux : 174
MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (ou pas) ♣ PV   Mar 6 Sep - 21:56

Briséis arborait encore son sourire hypocrite jusqu'à ce que la jeune femme lui réponde de façon tout à fait charmante « Epargne-moi tes fausses politesses s’il te plait, ça me donne envie de vomir… » C’est alors que Briséis se relâcha un peu pour laisser place à un visage ou se mélangeait la peur et la méfiance. Elle avait pas mal entendu parler de Czarina et cela même si elle n’était pas là depuis bien longtemps. Son caractère était devenu célèbre en même pas une journée, en réalité c’était une vrai Serpentard dans toute sa splendeur. Elle avait le même regard froid et supérieur que la majorité d’entre eux, cette même voix doucereuse et fausse qui en fait frémir plus d’un. Les amis de Briséis ne comprenait pas vraiment pourquoi elle était ainsi avec Czarina, en réalité la jeune blonde est plutôt du genre à ne pas se laisser faire, mais là c’est l’inverse, ils voient bien qu’elle se laisse écraser et obéit à la moindre réplique de la brunette. La seule excuse qu’elle avait bien pus trouver –aussi médiocre soit elle- était que Czarina était quelqu’un de bien dans le fond et que cela lui faisait tellement plaisir de l’aider à s’intégrer à Poudlard, surtout que maintenant elle était Préfet. C’était sans doute le plus pitoyable mensonge qu’elle est inventée dans sa vie. Briséis croyait que toute personne pouvait avoir du bon dans le fond, absolument toute. Czarina était celle qui venait de balayer sa conviction. Elle essayer de chercher en elle une once de bienveillance mais n’y arriver pas. Elle se demandait encore comment on pouvait être aussi méchant envers les autres et malgré cela insufflait une sorte de respect.


« Dis-moi Briséis, que fais-tu maintenant ? » Czarina venait en quelque sorte de commencer son petit jeu de maître- esclave. Elle avait son sourire en coin tellement spécifique au Serpentard, ce sourire qui donner envie de tous les étrangler, tellement il paraissait cruel. Elle la regarder avec un regard pétillant et elle savait que cela ne sentait pas bon. Elle savait que quand Czarina utilisait cette voix, cela aller être quelque chose d’amusant pour elle à ordonner, mais horrible pour Briséis à accomplir. Briséis la regardant avec une once d’espoir d’échapper à un éventuel supplice enchaîna « En fait je me souviens que je devais … » Elle n’avait même pas pus continué que le regard de Czarina avait changer du tout au tout, elle la regardait maintenant d’une façon dur qui voulait bien dire « T’a intérêt à m’obéir sinon tu sait ce qu’il va se passer » Oui, elle savait ce qu’il pouvait se passer. Et c’était quelque chose qu’elle ne pouvait risquer. Si elle balancer tout à Emrys, elle était cuite et sa carapace froide envers lui aurait était vaine. Il aurait trouvait un bon moyen de l’atteindre. Sans compter le fait d’être renvoyer du seule endroit digne d’être appelée : maison. Pour stopper tout cela Briséis avait déjà pensé à aller dans le dortoir de Czarina pour récupérer son journal, mais cela était impossible même si elle était Préfet. Elle ne pouvait pas ou plutôt n’avait pas le droit de s’introduite dans des dortoirs sans autorisation et surtout sans bonne raison. Elle se disait que si la verte à argent n’avait pas son journal c’était sa parole contre la sienne. Mais elle savait aussi que Czarina devait avoir très bien cacher son journal, dans un endroit où elle était sure que personne n’allait allait chercher. C’est pour cela que Briséis c’était rétracté dans son idée assez folle. Briséis voyait bien que la jeune femme prenait un malin plaisir à la torturer, la preuve en était que parfois elle la voyait très proche de Emrys et parlait comme si elle lui disait des confidences et là, à ce moment précis la jeune blonde perd tout ses moyens et se rend toute mielleuse face à Czarina.

Briséis reprit alors d’une façon plus sereine et serviable « Je n’ai pas grand-chose à faire, pourquoi tu à besoin de … quelque chose ? « La fin de sa phrase était resté nouée dans sa gorge. Elle se sentait tellement lâche d’agir comme cela, mais comment pouvait elle bien faire ? Je suis sure que vous allez encore sortir une phrase du genre : on à toujours le choix dans la vie bla bla … Mais cela se voyait que vous n’étiez pas à sa place ! Briséis était encore plus inquiète et se sentit blêmir quand elle vit le visage illuminé de Czarina qui arborait un sourire tellement grand qu’elle se disait que définitivement, cela devait être l’une des pire chose qu’elle lui avait demandé. Elle espérer juste que cela ne serait pas trop dangereux ou illégal. De toute façon elle avait pertinemment que Cazarina ne risquerait pas de faire expulser ou même blesser son nouveau jouet, quoi que ? Elle pouvait être capable de tout … Cependant Briséis essayer de ne pas trop penser à cette nouvelle éventualité, ayant assez peur comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SLYTHERIN ҩ I swear I'm sweating like a sinner in church.

ϟ inscription : 08/08/2011
ϟ hiboux : 917
MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (ou pas) ♣ PV   Lun 12 Sep - 19:21



bitch in disguise
czarina & briséis ; couloirs du rez-de-chaussée ; un samedi de la mi-septembre

Voir la crainte dans les yeux de Briséis ne pouvait que me combler de joie. J’aimais ça, inspirer la peur, que ce soit auprès des filles ou des garçons, des plus jeunes ou des plus vieux. Ainsi, je préférais effrayer les autres que leur paraître toute gentille et sainte nitouche. Pourtant, je sais bien qu’il m’arrive d’être un véritable ange mais j’ai toujours une bonne raison pour vous faire croire cela… C’est souvent pour mieux vous poignarder dans le dos par après. Je savais très bien que je n’étais pas spécialement appréciée à Poudlard, et ce depuis mon arrivée, deux semaines auparavant, mais je m’en fichais pas mal. Au moins, on me respectait et c’est ce qui comptait le plus pour moi. Personne n’osait me marcher sur les pieds, me faire du mal ou ne serait-ce que m’ennuyer. Me mettre sur le dos signifiait aussi mettre les 3 rois de serpentard sur le dos. Après tout, je ne suis pas la petite princesse pour rien. En l’espace de quelques jours, j’avais su entrer dans ce groupe d’élite, j’avais su m’imposer alors que beaucoup ont mis des années pour se faire un nom ici. Moi, il ne me fallu que l’espace d’une semaine. D’un côté, j’avais déjà 2 des trois rois des verts et argents dans ma poche. Comme quoi, ça m’a servi de rester en contact avec Ulysse, comme quoi, mon amitié avec Pollux est toujours aussi forte même après 2 ans de séparation. Autant dire que ces deux là m’étaient indispensables à ma vie maintenant.

« En fait je me souviens que je devais … » Mes traits se firent plus durs, mon regard plus noir et rapidement, je perdais mon sourire. Elle osait ne pas m’écouter ? Cette poufsouffle avait un sacré culot, mais elle savait très bien ce qui lui arriverait si jamais elle me mettait en colère, ou même, si sa réponse ne me plaisait pas tout simplement. Tout à coup, ma main me démangea. Je voulais sortir ma baguette de son étui mais j’avais finalement une meilleure idée. Il me suffisait tout simplement de parler à ce petit Emrys ! Ce petit traître qui trainait avec quelques gryffondors… Je n’ai jamais pu comprendre comment il pouvait les supporter ! Je n’ai jamais pu comprendre comment il osait encore se pointer dans notre salle commune après avoir passé du temps avec ces petits lionceaux ! Franchement, si ça ne tenait qu’à moi, je l’aurais déjà fait comprendre qu’il n’avait rien à faire parmi les verts. Mais non, il pouvait encore servir alors j’avais décidé de le laisser tranquille. Espérons que je ne le regrette pas.

« Je n’ai pas grand-chose à faire, pourquoi tu as besoin de … quelque chose ? » Mon visage s’adoucit légèrement, mon sourire se fit plus grand. Je comblais de joie intérieurement. Oui, j’avais besoin de quelque chose, j’avais besoin d’elle pour parvenir à mes fins. Ce n’était pas grand-chose finalement mais bon, je ne voulais juste pas me salir les mains… Et puis, elle pouvait facilement entrer dans la salle commune des serpentards vu qu’elle était préfète. Car oui, ce dont j’avais besoin était dans l’antre des verts et argent, ou plus précisément, dans le dortoir masculin. Lentement, mes doigts se mirent à jouer avec une mèche de cheveux, mes yeux se firent plus taquin et je demandais telle une petite fille. « Oui, j’aurais besoin de tes services pour récupérer un objet dans le dortoir des garçons des serpentads… Tu sais, je ne peux pas m’y aventure, ce serait mauvais pour mon image… Et comme tu es préfète, tu peux très bien trouver une excuse, n’est-ce pas ? » J’aimais paraître toute innocente, prendre une voix mielleuse. Ainsi, personne ne pouvait me dire non, et sûrement pas elle…


_________________

    evgeniia czarina ♔ touch me touch me baby but don't mess up my hair love me love me crazy but don't get too attached this is a brink affair vanity it's so good to be popular and glamorous we love ourselves and no one else. SLYTHERIN'S PRINCESS.

    TEAM SERPENTARD × parce que le Basilic bouffe le blaireau, déplume l'aigle et broie le lion.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Le hasard fait bien les choses (ou pas) ♣ PV   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le hasard fait bien les choses (ou pas) ♣ PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» On ne choisit pas sa famille, mais le hasard fait bien les choses !
» Un p'tit coup vite fait, bien fait [PV: Jessica StJames feat Yitzhak Anavim]
» Le hasard fait parfois bien les choses, mais seulement parfois. (Yitzhak Anavim)(terminé)
» quand je suis triste
» bien fait!!! na!!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La renommée est une amie bien peu fidèle. :: REZ-DE-CHAUSSÉE :: Le Couloir-
Sauter vers: