AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR AMORTENCIA Invité ! ҩ La deuxième intrigue va bientôt arriver! ҩ Veuillez privilégier les maisons POUFSOUFFLE et GRYFFONDOR!!! Si possible et si cela n'est pas nécessaire, évitez les maisons Serpentard et Serdaigle ainsi que le statut de "sang pur"

Partagez | 
 

 SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 28/08/2011
ϟ hiboux : 242
MessageSujet: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:16

Ҩ Poésie Saphyre Avery-Sparks
❝ all the pain of yesterday ❞

ϟ I LOVE THE WAY YOU ARE
Je me présente, je m'appelle poésie saphyre avery-sparks et j'ai dix-neuf ans ans. Oui, parce qu'en fait, je suis né(e) le 17 décembre 1992 en Angleterre. Sinon, je suis origines. Je suis de famille sang mêlé. En tant que sorcier, je possède bien-sur une baguette, "l'amour de ma vie", qui est constituée de bois de bouleau, elle contient une écaille de sirène, elle mesure 35, 4 centimètres.. Mon Patronus a une forme de dire le nom de l'animal. Concernant ma vie amoureuse, je suis célibataire. Depuis mes quatorze ans, je suis à Poudlard et maintenant je suis déjà en sixième année année. Je suis un serdaigle. C'est une fierté que de faire partie de leur rangs.



ϟ SO WHAT I AM A ROCKSTAR !
Comment décrire la personnalité de Saphyre ? Et bien certains la trouve méchante, d'autres diraient que c'est une garce et d'autres encore un bon coup. Mais qu'en est t-il ? Et bien, il faut savoir que c'est une fille fausse, elle se cache, continuellement. Ainsi vous la verrez comme une fille assez souriante, rigolote, une grande gueule très impulsive et assez colérique, une fille qui peut se comporter comme la pire des garces tout comme elle peut être un ange. Elle peut se montrer violente dès que qu'elle se sent menacée, ne se dévoilant jamais car elle ne supporte pas la faiblesse ? Pleurer, se confier ? Jamais, cela serait mettre son cœur à nu, donner le pouvoir de la détruire. Lunatique et sauvage, elle donne tout à ses amis et ferait tut pour eux. Mais pour faire partie de ses amis, il faut savoir s’accrocher, de nature farouche elle n'hésite pas à se montrer froide et méchante si elle se sent menacée. Ainsi elle n'accorde que peu sa confiance et ne montre quasiment jamais ses sentiments et ses émotions, se cachant sous le masque d'une femme forte et sure d'elle. Perfectionniste, elle déteste perdre le contrôle et s'est donc entrainée sur le chemin de l'anorexie pour garder ce contrôle de fille populaire et magnifique, tentative illusoire de cacher son manque de confiance en elle. Elle peut pourtant se montrer généreuse et attentive envers ceux qu'elle aime, seuls eux savent que la belle n'est pas ce qu'elle montre en public.
ϟ RUNNING UP THAT HILL
Avez-vous des souvenirs de votre vie antérieure ? il m'arrive d'avoir des flashs, je revois la vie d'un autre loup-garou, je revois des images de mort, que j'ai moi même causées.
Vous êtes plutôt du genre à accepter ces souvenirs ou plutôt à les chasser de votre esprit ? Je les chasse, je ne supporte pas ces visions qui me ramène à ma propre image.
Si vous devriez décrire votre relation avec votre famille en quelques mots ? Je n'ai plus de famille, mon père n'a jamais eu la moindre affection pour moi, ma mère est décédée .. je n'ai que mon oncle.
Seriez-vous prêt à tout sacrifier par amour ? je ne crois pas en l'amour.
Comment vous voyez-vous dans dix ans ? Pour l'instant, je me fous complètement de mon avenir.


Ҩ PASSONS DU COTÉ MOLDU DE LA FORCE..

ϟ PSEUDO/PRÉNOM : Ophélie, alias Fée.
ϟ AGE : J'ai dix-huit ans.
ϟ QUEL HIBOU T'A AMENÉ ICI ? : PRD.
ϟ QUE PENSES-TU DU FORUM ? : Je vous dirais quans j'aurais été validée et que j'aurais passé plus de temps dessus, très beau bébé néanmoins;
ϟ AVATAR : Blake L(o)vely.
ϟ DOUBLE COMPTE : nope.
ϟ CODE DU RÈGLEMENT : *oh les petis cachotiers*
ϟ UN PETIT MOT POUR LA FIN ? : Rafiki, c'est le meilleur.



Dernière édition par P. Saphyre Avery-Sparks le Dim 28 Aoû - 18:41, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 28/08/2011
ϟ hiboux : 242
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:16

Ҩ révèle tous tes secrets




CHAPTER ONE ♣ i'm just a little girl.
____________J'ai souvent rêvé, d'un lointain pays où tous les gens m'aimeraient comme le plus précieux des amis. Milles échos de leur joie montent à l'infini et leur voix chantent en moi: Tu es né pour cette vie ! Je prends le chemin de mon rêve d'enfance vers des lendemains au glorieux destin. Parmi les étoiles, je cherche idéal ; Ce monde auquel j'appartiens qui est encore, bien loin !



Les rues du quartier londonien de West End étaient bondées en cette froide fin de matinée. Les passants se bousculaient encore dans rues embouteillées, les voix entremêlées de milles personnes se mélangeant aux coups de klaxon rageurs et aux vrombissements des divers moteurs. Les trottoirs étaient chargés de trop nombreuses personnes, chaudement emmitouflées dans leurs manteaux chauds, afin de se protéger du froid ambiant de l'Hiver londonien. C'était un jour de marché, les camelots et autres vendeurs à la criée exposaient leurs produits sur des étalages colorés sur presque tout le quartier, immense, le marché s'étendait en effet de Notting Hill jusqu'à la limite de Knightsbridge. C'était en somme une journée banale à Londres, plus exactement dans le quartier bohème de Notting Hill, connu pour ses maisons colorées et pour sa grande brocante annuelle. C'est ici que vivait un jeune couple depuis déjà dix ans, dans ce lieu à la fois paisible et vivant. Machiavel & Mary Llewellyn, deux personnes d'apparences tout à fait banales. Lui, jeune français immigré à Londres par amour, tenait une entreprise de fabrication de balais et elle, écrivait simplement des livres pour jeunes enfants. Oui, pour tous ces gens, cette journée était banale, un jour de marché comme les autres, peut-être que certains trouveraient un produit incroyable, d'autres feraient une rencontre inattendue, ce qui rendrait cette journée un peu moins ordinaire quelque part, mais pour deux sorciers, c'était surement le plus beau jour de leurs vies.

En effet, à quelques kilomètres de là, l'hôpital londonien de Ste-Mangouste était en effervescence. Comme chaque jour, les bruits habituels des cris de douleur des patients, des diverses discussions des médicomages régnaient dans tout le bâtiment. Entre un patient se prenant pour un âne après avoir ingurgité une potion & un autre poussant des cris de petite fille suite à un sortilège, le calme était loin d'être présent à l'hôpital des blessures magiques ! Soudain, dans la salle d'accouchement trois du service de pédiatrie de l'hôpital, un cri de douleur se fit entendre, bientôt suivit d'un autre, et d'une série d'autres râles aigus, une femme blonde était allongée sur la table d'accouchement, son visage était crispé par la douleur, quelques gouttes de sueur perlaient le long de son front sous l'effet de l'effort. A nouveau, elle poussa un cri de douleur, serrant avec force les draps blancs. Après un dernier spasme, elle expulsa enfin le bébé, qui déjà pleurait de toutes ses forces. Épuisée, Mary laissa retomber sa tête sur l'oreiller, haletante, elle ferma les yeux quelques instants, elle voulait juste dormir.. Se reposer de toutes ces douleurs. Pourtant, les pleurs de sa petite la retinrent, elle voulait les entendre, encore et encore. « C'est une fille, Madame ! Comment voulez-vous l'appeler ? » « Poésie .. Par Merlin qu'elle est belle ! » « Voulez-vous qu'on appelle Mr. Avery-Sparks ? » « Il ne pourras pas répondre.. On est en pleine Lune. » La médicomage se mordit la lèvre, gênée. Puis elle laissa la jeune maman seule. Mary observa un instant sa fille, pensant à son époux; Par Merlin qu'il aurait aimé être là ..

Le lendemain, la petite Avery-Sparks fut ramenée à leur future maison; Mary traversait les couloirs de la petite maison, la petite Poésie dans les bras, accompagné d'un homme de grande taille, Il s'agissait de Logan, le frère de son époux. Leurs pas les emmenèrent vers une pièce plutôt grande, un berceau de bois se tenait au centre de la chambre décorée de tableaux colorés, ainsi que d'un autre cadre, plus petit, représentant des membres de la famille. Comme dans toute la maison, de nombreux objets et bibelots magiques, ramenés de pays étrangers par toute la famille depuis des générations, des tableaux vivants ornaient les murs. « Ah voici donc la petite ! dit l'un des personnages du tableau, d'une voix trainante. » « Oui, elle se nomme Poésie Saphyre Avery-Sparks. »

Mary sourit, observant la petite qui s'endormit dès qu'elle fut dans son berceau. Des pas se firent soudain entendre dans le couloir menant à la chambre, un homme entra alors, Machiavel Avery, le père de Poésie. Il avait l'air épuisé, son t-shirt déchiré et les profondes cernes qui marquaient son visage au teint pâle, ne cachait rien de la nuit horrible qu'il avait vécue, une nuit de sauvagerie et de monstruosité. Une nuit dont il ne se rappelait pas. Il observa longuement sa fille, la fillette était profondément endormie; s'attardant sur les mèches blondes et le visage poupin s’ imaginant surement déjà son avenir plein de promesses. Puis il se tourna vers son épouse. « Elle est magnifique chérie. »


♣♣♣


Plusieurs années étaient passées, de belles années durant lesquelles Poésie n'avait pas changé. Certes, elle avait grandis, devenant d'une petite fille joueuse et gaie, une superbe jeune adolescente, qui bien que plus mature, avait gardé ce côté fantasque et rêveur. Deux ans après la naissance de la jeune fille était née une petite nommée Sara-Lou, petite blonde ressemblant trait pour trait à sa mère. C'est fou ce que le temps a passé vite songea Machiavel. Installé dans son bureau, ou s'entassait déjà, malgré l'heure matinale, une liasse de parchemins, commandes, lettres de fournisseurs, croquis de nouveaux prototypes de balais, ainsi que le calendrier des lunes, quand on était patron d'une entreprise, cela demandait beaucoup de travail, que l'on soit moldu ou sorcier ! Malgré ce travail qui l'attendait, il prenait le temps d'observer, attendri, sa petite princesse s'amuser avec une fleur, offerte par lui-même. Soudain, il fut tiré de ses pensées par le bruit caractéristique de sa secrétaire qui frappait à la porte. Machiavel se leva, pris sa fille dans le bras et l'emmena dans une petite pièce adjacente au bureau, il la déposa sur la moquette usée, entre les nombreux jouets, puis, après un dernier regard, il alla accueillir sa secrétaire. « J'ai reçu un hiboux de la boutique du chemin de traverse, ils aimeraient que nous leur livrions les derniers modèles. » « Bien, je vais chercher ma chouette et leur envoyer les prix. »

Il se leva et s'approcha du perchoir de bois ou sa petite chouette Hulotte, Melancholia, se régalait d'une souris, surement chassé dans les petites ruelles humides de la capitale. Il s'apprêta à tendre le bras pour y accueillir son oiseau lorsque une odeur lui titilla les narines, il songea d'abord à l'odeur pestilentielle de la souris morte lorsque il devina l'origine de l'odeur. Une odeur âcre et amère de fumée. « Poésie ! » Machiavel se précipita vers le bureau, le cœur battant. Imaginant les pires scénarios. La petite éclatait d'un rire cristallin en observant la fleur se consumer. Elle avait fait bruler la fleur, toute seule. Et cela semblait beaucoup l'amuser. Machiavel poussa un profond soupir de soulagement. Aucun incendie ni tragédie de ce genre, juste une petite sorcière découvrant son don pour la première fois. Moment unique et magique, dont chaque sorcier se rappelle jusqu'à sa mort. Ce moment scelle le destin magique de chacun, certains s'en serviront pour le bien, d'autres le mal; Poésie Saphyre, petite magicienne, sera-telle une des serviteurs du mal & des ténèbres ou se battra-telle pour le bien ? Seule l'histoire nous le dira.


♣♣♣


Depuis ce jour ou ses pouvoirs s'étaient manifestés pour la première fois, l'entourage de Poésie avait été bien des fois les témoins de sortilèges incontrôlés de la toute jeune sorcière. A aujourd'hui huit ans, elle était à l'école du quartier, dans la rue en face de sa maison. Ce jour était assez spécial, la petite, euphorique, rentrait d'un voyage scolaire en Écosse, elle avait hâte de raconter ça à ses parents ! Dès que le bus les laissa devant l'école, Poésie se dirigea vers sa maison, Elle avait tant de choses à raconter ! « Papa, Maman ! je suis... Oh ! » Le salon de la maison était complètement ; Sens dessus dessous, la table basse était cassée, les rideaux déchirés et de nombreux bibelots s'entassaient sur le sol. On aurait dit qu'un immense lion ou tout autre animal sauvage avait tout saccagé. Pas un lion; Un loup. Mary était penchée sur le sol, nettoyant des bouts de verres, tandis que la petite Sarah-Lou, âgée de six ans jouait avec un bout de rideau déchiré, trop jeune pour se rendre compte de la gravité de la situation. Poésie observa à nouveau sa mère, remarquant que ses mains tremblaient et sa respiration était haletante, comme après une crise de pleurs. Soudain Mary leva la tête, s'apercevant enfin de la présence de sa fille. « Oh ma chérie tu es là ! » « Il s'est passé quoi ? » « Oh rien ! » « Il est ou papa ? » « Couché, il a eu .. une nuit agitée disons »

Un peu plus tard, la jeune fille était couchée sur le lit, pensive, les rideaux tirés pouvaient presque laisser croire qu’elle dormait, pourtant, ses yeux, perdus dans le vague, fixaient les poutres de bois écaillé au plafond sans les voir. Elle n’entendait rien, ni le moustique qui virevoltait dans la pièce, ni le vrombissement des voitures dans la rue, comme si ses sens étaient engourdis par ses réflexions ; réflexions profondes bien au-delà de celles qu’une petite fille de son âge aurait dû avoir. Soudain un cri retentit en bas, la petite fronça les sourcils, intriguée. Lorsqu'un autre éclat de voix retenti, la petite se leva, puis s'approcha de l'escalier sur la pointe des pieds. « Machiavel tu es ridicule, tu n'as pas à partir ! » «Je suis bien trop dangereux Mary, regarde ce qui s'est passé cette nuit ! J'aurais pu te tuer ! Je .. Je ne pourrais jamais me le pardonner si je fais du mal à Poésie, à Sarah ou même à toi ! Je ne peux pas rester, c'est trop dangereux ! » « NOOOOOOOOOON ! »

Poésie se précipita dans les bras de son père, elle n'avait pas tout compris, certains mots étaient bien trop compliqués pour une petite fille de son âge, néanmoins, elle se rendait compte que son père voulait partir. Et ça, elle ne voulait pas l’accepter. La gamine se jeta sur les genoux de son père, martelant son torse musclé de petits coups de points frêles bien inutiles. Ses petites joues rondes ponctuées de larmes. « Pars pas papa ! » s'exclama-t-elle entre deux sanglots. «Je .. Il lança un regard vers son épouse. Ne t'en fait pas ma puce, je reste avec toi. » Pourtant quelque chose s'était brisé ce soir-là, en lui. Bien qui ne s'éloignerait pas physiquement, Machiavel savait qu'il devait prendre ces distances avec ses enfants. Les protéger, coute que coute.


CHAPTER TWO ♣ cry me a river
____________Quel est donc ce mirage ? Cette image ? Sans visage. Pourquoi miroir réfléchis-tu, sans me voir ? Je cherche en ma mémoire, qui je suis, pour savoir, perdue dans ces réfléxions où mon âme s'égare. Dans mon miroir d'illusions, quelle fille je vais voir ?



Un rire cristallin se fit entendre dans toute la pièce, un de ces rires francs & incontrôlés, exprimant à lui seul tout le bonheur du monde du monde. Les visages des élèves présents se tournèrent vers la source de cet éclat de rire qui avait brisé le silence sérieux de la bibliothèque. « Mademoiselle Avery-Sparks, Voulez-vous bien vous taire, vous êtes à la bibliothèque ! Cela fait la deuxième fois que je vous reprends, la prochaine fois vous sortez ! » Saphyre se tourna vers la bibliothécaire, l'air penaud malgré ses lèvres tremblotantes, indiquant l'éclat de rire qu'elle refoulait. L'adolescente murmura un bref pardon à la vielle femme puis respira un bon coup, calmant les éclats de rires qui lui venaient. De longues mèches blondes recouvrèrent son visage fin & angélique lorsque qu'elle tourna à nouveau son regard vers son ami, d'un geste nonchalant de la tête, elle remit les mèches à leurs places, dégageant ses yeux bleus. Dans ses mains, elle tenait un roman, histoire d'un sorcier au temps du Moyen Age. En face d'elle, un jeune homme brun l'observait en souriant, retenant également un éclat de rire. Les deux amis, comme souvent, venait passer une heure de libre à la bibliothèque, pour se protéger du froid mordant de décembre. Alors que l'autre lisait, plongeant une fois de plus dans l'univers fantastique d'un célèbre romancier sorcier, l'autre révisait, puis elles avaient eu un fou rire, et un autre, partant de rien. Proches, les deux adolescents ne cessaient jamais de s'esclaffer sur ce qu'eux seuls pouvaient comprendre. Nathanaël était un des amis les plus proches de la jeune femme. Ainsi, les trois dernières années à l'école de sorcellerie s'étaient passées le plus merveilleusement du monde, évidemment, il y a eu des hauts & des bas, des moments de rires, de larmes, d'amitié & d'amour. Trois années qui s'étaient écoulées vie. Trop vite. Avec le recul, elle se disait qu'elle ne les avait pas vues passer. Elle aimait ces années à Poudlard, elles lui permettaient d'échapper à son quotidien. Bien qu'elle n'était pas malheureuse, elle ne manquait de rien .. Ou presque, en effet, depuis qu'il s'était transformé chez lui, Machiavel s'était éloigné, bien-sûr, il n'était pas partit, comme il l'avait promis, mais il n'avait plus eu de geste d'affection envers sa fille, de peur de la blesser. Soudain, la voix de son ami la tira de ses pensées. « Et bien, Saphyre, ce n'est pas très sérieux tout ça, tu es dans une bibliothèque voyons ! » Chuchota Nathanaël. Il l'avait appellée Saphyre car la jeune femme préférait largement ce prénom à Poésie, tout le monde, famille comme amis le savait et ne l’appellait plus que Saphyre, même certains professeurs avaient pris cette habitude. « C'est toi qui me fait rire et après c'est moi qui me fait engueuler, c'est injuste ! » « En même temps, si tu riais moins fort .. »

Saphyre pris un air faussement indigné et frappa gentiment son ami avec son livre avant de se remettre dans sa lecture, sous le rire discret de Nathanaël. Celle-ci observa un moment son ami avant de se remettre également dans son devoir de potion, donné la veille par leur professeur, portant sur la potion Polynectar. Plusieurs minutes passèrent sans que le moindre mot ne soit prononcé, on n’entendait plus que le grattement des plumes & les murmures de quelques élèves. Saphyre leva un instant ses yeux bleus vers son ami qui ne leva pas les yeux, il fixait son devoir, les sourcils froncés, son visage exprimait une intense concentration. Les jeune gens avaient seize ans et des tonnes de souvenirs; Le jeune homme & elle se connaissait depuis leur première année, dès le premier jour, ils s’étaient retrouvés à côté avant la cérémonie de répartition. Ensemble, ils avaient attendu que le choixpeau ne désigne leurs maisons, dans un mélange de stress & d’euphorie, d’impatience & appréhension. Les deux gamins avaient alors parlé tous les deux des maisons où ils espéraient aller. Sujet de discussion certes classique des futurs répartis, mais qui leur avait déjà permis de nombreux fous-rires, tellement qu’un professeur les avait disputés pour leur manque de discrétion. depuis, ils n’avaient pas cessé de se revoir, ils passaient souvent leurs cours en commun à côté, leur temps libre ensemble à flâner dans les couloirs ou dans le parc. Aujourd’hui, tous deux avaient des milliers de souvenirs derrière eux, des bons comme des mauvais. Soudain, les pas de la bibliothécaire se firent entendre, celle-ci s'approcha des adolescents; « Mademoiselle Avery-Sparks, on vient de recevoir un hiboux de votre oncle. Votre mère.. Un accident de voiture.. Elle.. »


♣♣♣

La pluie tombait à grosses gouttes, Saphyre était seule devant la tombe, vêtue d'une simple robe noire moldue, ses yeux rouges & enflés fixaient gravement la pierre sombre, regardant sans les mots funéraires qui y étaient gravés. Elle était seule, Sarah-Lou n’ayant pas supporté de rester, était partie avant même la fin de la cérémonie, bouleversée ; cela faisait une heure que l'enterrement était finit, mais Saphyre, elle était là, encore. Son père n'était pas venu, la jeune femme ignorait tout de la lycantropie de son père, elle savait juste que, souvent, il partait, parfois pendant des jours. Son cœur bouillonnait de rage et de rancœur à cette pensée. Ou était-il ? Soudain, elle sentit une main se poser sur son épaule, chassant les questions qui fourmillaient encore dans son esprit torturé. Il s'agissait de la main rassurante de Logan, son oncle. « Rentrons, Sarah est déjà à la maison, elle t’attends.. » murmura-t-il.

Saphyre acquiesça, elle ne l'avait même pas entendu approcher, à vrai dire, elle ne sentait rien, ni le froid, ses vêtements trempés qui collaient à sa peau, ni le goût amer & salé des larmes dans sa bouche. Rien. Doucement, elle détourna le regard de la tombe puis suivit son oncle en se rendant à peine compte de tout ce qui se passait autour d'elle. Quelques heures plus tard, elle était chez elle, allongée sur le canapé, les yeux dans le vague, seules de rares bruits se faisaient entendre, la pluie sur les carreaux et le grattement de la plume de sa soeur sur un parchemin. Soudain, le bruit des clés dans la serrure se fit entendre, brisant le silence presque funéraire qui régnait dans la maison. Saphyre se releva brusquement, vrillant d'un regard teinté de violence l'homme qui venait d'entrer, son père, l'air épuisé. Il lança un regard inquiet à sa fille. Dans ses yeux à elle, une rancœur, immense & une lueur d'infime tristesse. Elle lui en voulait, énormément. Sarah-Lou ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais fut rapidement interrompue. « Comment tu v ..» demanda Sarah, d’une voix tremblante. « Je suis désolé tu entends, désolé ! » s’exclama Machiavel en voyant le regard de son ainée, il esquissa un geste maladroit pour la prendre dans ses bras, mais se ravisa brusquement. « Désolé ! C'est tout ce que tu trouves à me dire ! Désolé ! Alors que depuis trois jours j'ai quitté Poudlard ! Et Sarah t’en fais quoi ? Et moi ? Aux obsèques on était seules !!! Dis-moi ! Dis-moi ce qui te rend absent si souvent ! Donne-moi une raison putain ! » Sans un mot, les mains tremblantes. Machiavel ôta sa chemise, ses doigts semblant vouloir s'attarder un peu plus à chaque bouton. Il laissa voir son torse musclé, parsemé de larges cicatrices. Il tremblait de tout son corps. Puis il leva les yeux vers ses filles. Son regard était empli de douleur & de regrets. Sarah-Lou poussa une exclamation de surprise. « Je suis un loup-garou » annonça-t-il à voix basse. Saphyre émit un hoquet de surprise. Puis doucement, s'approcha, sentant son cœur s'accélérer à chaque pas. Puis elle effleura le relief des balafres du bout de ses doigts tremblants. Son père l'observa, esquissant un geste pour caresser les boucles blondes de son ainée, mais ne le fit pas. Il avait renoncé a elle, il ne le devait pas. Puis elle tourna les talons, regagnant sa chambre en silence. Machiavel poussa un soupir. « Ne t’en fais pas, murmura Sarah-Lou .. elle est bouleversée, elle refuse juste de le montrer. » Machiavel lui adressa un léger sourire, la prendre dans ses bras ? Il en rêvait, mais ne se le permit pas, bien qu'il savait que son rôle prenait bien plus d’ampleur, il était seul.


CHAPTER THREE ♣ how to save a life.
____________Je rêve souvent qu'il m'aime éperdument, même si c'est une tourment. Que deviendra mon bon ami? Où nous conduira sa folie? Autour de moi tout le monde l'acclame, Mais je brûle d'une toute autre flamme, parfois la vie me semble un drame. Saurait-il un jour m’offrir son amour?



Les années étaient passées; Peu à peu, la jeune Serdaigle avait fait le deuil de sa mère; les larmes avaient beaucoup coulées, mais elle s'était accrochée, à ses amis, qui l'avaient soutenue. A maintenant dix-huit ans, Saphyre avait grandi & murit, elle avait appris à vivre au gré des absences de son père, tout comme sa mère avant elle. Pourtant, ils n'étaient pas proches. Pas d'étreintes, ni de Je t'aime. Une relation tout en pudeur de la part de deux individus ne sachant montrer leurs sentiments. Lui avait toujours maintenu cette distance envers sa fille, et ne savait comment agir avec elle maintenant qu'il était seul, elle ne savait comment dire je t'aime. Deux êtres qui ne ressemblaient que trop pour arriver à se dévoiler. Elle avait fait son deuil, oui, mais une telle perte laisse forcément des traces. Elle avait repris goût à la vie, Elle avait réapprit à sourire et à aimer, reprenant son tempérament espiègle. En ce moment ses uniques préoccupations n'étaient qu'histoires de cœurs, futiles et insipides joies et peines adolescentes, heureusement, pour le moment, Saphyre était en vacances, profitant d'un repos bien mérité au milieu de sa cinquième année. Ce soir-là, Machiavel était présent, il avait gouté à une potion achetée dans un pub à un sorcier voilé. Le philtre était censé guérir le sorcier. Ainsi, il avait préparé un bon diner avec son frère et ses filles. Tout semblait aller bien, Les deux frères riaient en se rappelant leurs anecdotes d'enfances, Saphyre riait de bon cœur en imaginant son oncle coincé sur un arbre en voulant échapper à un scrout à pétard, ou bien son père en train de sécher les cours de métamorphose ! Soudain, Machiavel se stoppa en plein éclat de rire, tout à coup livide. « Tu vas bien ? » demanda Sarah-Lou, inquiète. Il ne prit pas la peine de répondre et se leva brusquement en sentit son corps se tordre. Un cri de douleur étrangement lupin s'échappa de ses lèvres livides. Saphyre attrapa le bras de Sarah et recula, le cœur battant la chamade contre sa poitrine tandis que Machiavel se courba avant de se redresser avec un autre cri de douleur. Peu à peu, son corps se recouvrait d'une épaisse fourrure sombre tandis que ses ongles devenaient griffes. Il se cabra à nouveau tandis que son visage s'allongeait pour donner une face canine. Machiavel eu un dernier regard suppliant vers ses filles. « FUYEZ ! ARGHHHH ! » Il poussa un dernier râle avant que la bête ne prit le dessus. De toutes ses forces, il leur intimaient de fuir, avant de pousser un cri qui n'avait plus rien d'humain, un cri de loup. Saphyre était comme paralysée. La peur la clouait au sol. Cette bête ne pouvait être son père. Non. Un instant elle vit dans le regard de son père une lueur suppliante pleine de tendresse, de douceur, d'amour. L'instant d'après ce n'était que la soif de sang. Il s'approcha de la jeune fille, son regard brillait d'excitation. Il semblait jouir intérieurement à l'idée de se délecter de sa chair alors qu'un filet de bave s'échappait de sa gueule. Soudain, il bondit, la clouant au sol tandis qu'elle sentait la chair de son os se déchirer. Mais tout à coup, un grand lion se jeta sur le loup rugissant, tandis que Saphyre se relevait en tremblant. « Logan est un animagus ! C'est vrai ! » Pensa adolescente, apeurée. Les deux animaux se battaient, Saphyre, elle, ne savait plus quoi faire, paralysée, son cœur battait à tout rompre alors qu'un cri mourut dans sa bouche, trop sèche pour parler. Le lion se jeta sur lui, le poussant loin des filles, puis il se tourna rapidement vers Saphyre, lui intimant d'un grognement de partir, puis il attrapa son frère par la nuque et l'éloigna de la jeune femme. Saphyre attrapa la main de sa jeune soeur, puis partit en courant, traversant le pâté de maisons qui la séparait de l'habitation de son oncle en quelques minutes qui lui parurent une éternité, l’écho de la respiration de Sarah la motivant à se dépêcher. L'appartement de son oncle était petit mais confortable. Alors que Sarah se dirigea de suite vers la fenêtre, elle se laissa tomber sur le canapé, trop bouleversée pour pleurer. Les images de la transformation se mêlaient à celles du dernier regard de son père. Aucune des deux jeunes filles ne parlait, Saphyre ferma les yeux, n’entendant que les légers sanglots de sa sœur, elle ne sentait même pas la douleur dans son dos, ni même le liquide chaud qui y coulait. Un bruit. Elle sursauta, son oncle était là. Il semblait en bonne santé malgré de nombreuses griffures. Il s'assit sur le canapé et posa sa main sur l'épaule de la jeune fille, observant la blessure d'un air désolé, il ne savait que trop bien quelles douleurs elle aurait encore à endurer. Saphyre appuya sa tête sur l'épaule de son oncle, bouleversée.

♣♣♣

Ce fut la dernière fois que Saphyre vit son père, il n’était jamais revenu de cette terrible nuit, il avait fui, abandonnant ses deux filles chez son frère. Autrefois forte, espiègle et enjouée, elle s’était enfermée sous un masque de débauche, s’éloignant de ses amis, sa sœur, son oncle. Elle avait complétement perdu le contrôle de sa vie, essayant vainement, dans une tentative illusoire de contrôler quelque chose dans son univers, s’engageant ainsi dans une spirale des plus sinueuses, une maladie que le choc de la transformation de son père avait éveillée en elle. Alcool, drogue, anorexie, sexe tout est prétexte pour échapper à la réalité. Allongée dans un lit, dans une chambre des trois balais, Saphyre était profondément endormie. Elle avait profité d'une sortie à Pré-Au-Lard pour trouver une conquête à la taverne .. et pour y passer la nuit ! Interdit ? Certes, mais l'ancienne Serdaigle sérieuse et appliquée semblait avoir disparue, cachée sous le masque débauché d'une âme en perdition. Profondément endormie, la jeune femme se laissait aller au pays des songes après une nouvelle soirée de débauche et de sexe; La rue était déserte, seule les gouttes de pluie tombant violemment sur le pavé se faisait entendre dans la ville qui avait des airs de ville fantôme en cette nuit hivernale. Une respiration, haletante, forte, une ombre courait dans les ruelles, sans vouloir s’arrêter. Un chien ? Non, c'était bien plus gros, comme un loup plutôt, un immense loup. Soudain, quelques rires s'entendirent dans une ruelle, un petit groupe de personnes, visiblement éméchés et défoncés riaient bruyamment dans les ruelles sombres. L'animal arqua ses pattes musclées, prêt à bondir. Puis d'un geste rapide, l'animal se jeta sur le petit groupe, aussitôt le silence fut remplacé par une cacophonie morbide, des cris, des hurlements, le sang, la mort. « Arghh ! » Saphyre venait se se relever, tirée de ses songes par ces images, trop réelles pour être un cauchemard, non c'était plus que ça, elle avait l'impression de sentir encore la pluie sur sa fourrure, le gout du sang, entendre à nouveau les hurlements .. Elle secoua la tête, tentant de chasser ces bribes d'images. D'un geste brusque, elle se releva, quittant la chambre pour se diriger vers la salle de bain adjacente, son regard se posa sur son reflet dans la glace, elle était Saphyre Avery-Sparks, loup-garou. Un monstre. « C'était un cauchemard » murmura t-elle, tentant de s'en convaincre. « un simple cachemard .. ce n'était pas des flashs .. non, ce n'était pas moi .. » Et pourtant, elle savait que ce n'était pas la première fois qu'elle voyait ces flashs, ces images. Alors qu'elle fixait toujours son reflet dans le miroir, sentant le dégout s'immiscer en elle tel le poison d'un vil serpent, des larmes se mirent à couler le long de ses joues. « Je suis un monstre. »



Dernière édition par P. Saphyre Avery-Sparks le Dim 28 Aoû - 18:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SLYTHERIN ҩ I swear I'm sweating like a sinner in church.

ϟ inscription : 04/08/2011
ϟ hiboux : 98
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:17

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche

_________________

    If I could only find a note to make you understand I sing a song and the image grab me by the hands keep myself inside your head, like your favorite tune and know my heart is a stereo that only plays for you. My heart's a stereo it beats for your, so listen close hear my thoughts in every note. Make me your radio turn me up when you feel low this melody was meant for you just sing along to my stereo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:18

Bienvenue !!!!
(Blake I love you )
Revenir en haut Aller en bas
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 10/08/2011
ϟ hiboux : 1411
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:30

J'aime beaucoup le prénom, eh puis Blake ♥

Bienvenue sur Amortencia et bon courage pour ta fiche !
Si tu as la moindre question, n'hésite pas.

_________________

« On essaie de se dire que la réalité vaut mieux que le rêve. On se persuade qu’il vaut mieux ne pas rêver du tout. Les plus solides d’entre nous, les déterminés s’accrochent à leurs rêves. Un jour on se réveille, et contre toute attente, l’espoir renaît, et avec un peu de chance on se rend compte, en affrontant les événements, en affrontant la vie, que le véritable rêve, c’est d’être encore capable de rêver. » Grey’s Anatomy.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SLYTHERIN ҩ I swear I'm sweating like a sinner in church.

ϟ inscription : 08/08/2011
ϟ hiboux : 917
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:31

Toute l'équipe administrative d'AMORTENCIA te souhaite la bienvenue parmi nous
En espérant que tu te plairas dans notre grande famille.
Bonne chance pour la suite de ta fiche et n'hésite pas à nous contacter au moindre problème!

Saphyre + Blake =
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 28/08/2011
ϟ hiboux : 242
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:44

Merci à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 14:53

Bienvenue parmi nous. I love you
Revenir en haut Aller en bas
GRYFFINDOR ҩ Life is short, break some rules.

ϟ inscription : 05/08/2011
ϟ hiboux : 661
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 15:03

LIVELY
bienvenue parmi nous et bonne continuation pour ta fiche

_________________

So no one told you life was going to be this way. Your owl’s a joke, you’re cursed, you’re love life’s DADA. It’s like you’re always stuck in Slughorn’s class, Well, it hasn’t been your day, your week, your month, or even your year. But, I’ll be there for you, when the spell starts to blow. I’ll be there for you, like I’ve been there before. I’ll be there for you, cause you’re there for me too. [...] ♥ I'LL BE THERE FOR YOU.

LES LIONS D'OR.
PARCE QUE LES MEILLEURS N'ONT PAS BESOIN DE SE JUSTIFIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 28/08/2011
ϟ hiboux : 242
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 15:23

Grint
Merci, vous êtes tous adorables !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 10/08/2011
ϟ hiboux : 1411
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 18:55

J'aime beaucoup ta présentation
Et une bleu de plus



Ҩ Cher/Chère Invité,



Nous avons le plaisir de vous informer que votre inscription au collège Poudlard est validée. Vous trouverez ci-joint la liste des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité.
Tu peux dès à présent faire tes demandes dans les différentes partie du forum

Veuillez croire, cher(re) Invité , en l'expression de nos sentiments distingués.

    Magicalement vôtre,
    Directrice-adjointe


Il est important de venir sur ce sujet pour recenser votre patronus.
De quelle maison faites-vous partie ? Pour le bon fonctionnement du forum, venez recenser la maison à laquelle appartiens votre personnage.
Les élèves comme le personnel de Poudlard doivent prendre connaissance du règlement de l'école.
Envie d'une joli rang sous votre pseudo ? Venez en faire la demande ici, dès maintenant !
Ce renseigner sur les règles de la coupe peut rapporter gros.
Envie de faire partie d'un club, de le diriger ou même d'en créer un ? Ce sujet est fait pour vous !
Envie coute que coute de faire respecter les règles ? Eh bien devenez préfets mes ami(e)s !
Êtes-vous un mordu de Quidditch ? Eh bien si tel est le cas, venez vite postulez pour avoir une place dans l'équipe de votre maison !
Jetez un petit coup d'oeil aux annexes vous sera toujours d'un grand secours !

SPÉCIFIQUEMENT POUR LES PROFESSEURS ::

Venez recenser ici la matière que vous souhaitez enseigner
Renseignez-vous sur la coupe du meilleur professeur.
Vous souhaitez être le directeur de l'une des quatre maisons ? Venez poster ici votre candidature !
Envie d'un appartement propre à soi ? Venez en faire la demande dès maintenant !
HOGWARTS WILL ALWAYS WELCOME TO YOU HOME

_________________

« On essaie de se dire que la réalité vaut mieux que le rêve. On se persuade qu’il vaut mieux ne pas rêver du tout. Les plus solides d’entre nous, les déterminés s’accrochent à leurs rêves. Un jour on se réveille, et contre toute attente, l’espoir renaît, et avec un peu de chance on se rend compte, en affrontant les événements, en affrontant la vie, que le véritable rêve, c’est d’être encore capable de rêver. » Grey’s Anatomy.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RAVENCLAW ҩ Love looks not with the eyes, but with the mind.

ϟ inscription : 28/08/2011
ϟ hiboux : 242
MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Dim 28 Aoû - 19:05

Merci énormément together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.   Aujourd'hui à 22:17

Revenir en haut Aller en bas
 

SAPHYRE ஜ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» SILOË-LYNN ▷ les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs.
» Mots Normand non répertoriés.
» similitude entre mots normands et mots amérindiens
» Mots de 5 lettres - 2
» Un dictionnaire des mots Normands en ligne.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le début du commencement. :: LA PLUME MAGIQUE :: méfaits accomplis !-
Sauter vers: